Après Paris, les autres grandes villes françaises s’attaquent aux SUV et voitures électriques

ParPhilippe Moureau 16 février 2024 à 7h48

Dans le panorama urbain contemporain, la question du stationnement et de la gestion de l’espace se pose avec acuité, particulièrement en ce qui concerne les véhicules jugés plus encombrants, tels que les SUV. Après Paris, d’autres grandes villes veulent emboiter le pas, Bordeaux en premier. L’objectif ? Inciter les citadins à opter pour des modes de déplacement plus respectueux de l’environnement.

La nouvelle donne parisienne : une tarification dissuasive pour les SUV

Paris, toujours à l’avant-garde des politiques écologiques urbaines, a récemment franchi un pas significatif. La capitale a voté pour une augmentation substantielle des tarifs de stationnement des SUV, ou plus précisément des véhicules lourds, voitures électriques comprises.

À partir du 1er septembre 2024, le coût de l’heure de stationnement pour ces véhicules passera de 6 à 18 euros dans les arrondissements centraux et de 4 à 12 euros dans les autres. Cette mesure, visant principalement les SUV pour leur impact environnemental négatif mais aussi les voitures électriques à cause du poids de leurs batteries, pourrait se traduire par des frais allant jusqu’à 144 euros pour une journée type de travail. L’intention est claire : encourager une transition vers des alternatives plus vertes et moins volumineuses.

  • Impact financier: Les coûts de stationnement pourraient atteindre 96 à 144 euros par jour, poussant à la réflexion sur la nécessité d’un SUV en milieu urbain.
  • Objectif écologique: Réduire l’emprise des véhicules polluants et encombrants, favorisant ainsi un environnement urbain plus sain.

Bordeaux envisage une réforme similaire

L’initiative parisienne fait des émules. Bordeaux, sous l’impulsion de son maire Pierre Hurmic, envisage également d’adopter une tarification différenciée basée sur le poids des véhicules. Cette proposition s’inscrit dans le cadre plus large de l’introduction d’une Zone à Faibles Émissions (ZFE) prévue pour début 2025. L’année 2024 est ainsi dédiée à sensibiliser et informer les Bordelais sur ces futurs changements.

  • Préparation à la ZFE: 2024 sera une année charnière pour préparer l’opinion publique et ajuster les modalités de cette transition.
  • Tarification différenciée: Inspirée par les exemples d’autres villes, cette mesure vise à responsabiliser les choix des automobilistes en matière de véhicules.

Impact sur l’espace urbain et les modes de vie

L’adoption de mesures restrictives envers les SUV n’est pas sans conséquences. Pierre Hurmic et son équipe ambitionnent de repenser l’espace urbain bordelais, en accordant la priorité aux piétons, cyclistes, et transports en commun. Cette démarche vise à réduire l’empreinte carbone et à promouvoir une cohabitation harmonieuse dans l’espace public.

  • Rééquilibrage de l’espace: À Bordeaux, où les voitures occupent 70% de l’espace pour seulement 30% des déplacements, la ville aspire à un meilleur partage.
  • Sécurité et pollution: Les SUV, ciblés pour leur contribution à la pollution et à l’insécurité routière, sont au centre des préoccupations des élus écologistes.

Questions et perspectives

Ces initiatives, bien qu’elles s’inscrivent dans une démarche écologique louable, soulèvent des interrogations légitimes. L’impact sur les constructeurs automobiles, confrontés à une possible baisse de la demande pour les SUV, et sur les familles nombreuses, qui peuvent dépendre de ce type de véhicule pour leurs déplacements, mérite une analyse approfondie.

  • Conséquences économiques: Les constructeurs pourraient être incités à innover davantage dans les véhicules électriques et moins polluants.
  • Alternatives pour les familles: La nécessité de proposer des solutions adaptées aux besoins spécifiques de chaque foyer est primordiale.

Les politiques de stationnement et de mobilité urbaine à Paris et Bordeaux révèlent une volonté de transformer l’espace urbain pour le rendre plus écologique et vivable. Toutefois, la réussite de ces mesures dépendra de leur acceptation par le public et de la mise en place d’alternatives viables pour tous. La transition vers un modèle de mobilité urbaine durable est en marche, et ces villes françaises sont en première ligne de cette évolution.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter