Attention : votre voiture électrique pourrait finir à la casse plus tôt que prévu

ParAlbert Lecoq 23 octobre 2023 à 11h27

La voiture électrique, véhicule souvent considéré comme l’avenir, semble pourtant connaître un destin plus précoce vers les casses. Quels sont les facteurs qui mènent ces véhicules innovants vers une fin aussi prématurée ? Nous décryptons pour vous cette situation complexe.

Les batteries : le cœur fragile des voitures électriques

Pour nombre de voitures électriques, un dommage, même mineur, sur les batteries peut signifier la fin de leur cycle de vie. Mais pourquoi ce composant essentiel est-il si délicat à gérer, peu importe la marque comme Tesla, BMW ou encore Peugeot ?

Des conclusions révélées par une enquête de Reuters montrent que le prix des batteries sur ces véhicules et la politique en matière d’assurance jouent un rôle crucial. La batterie est l’élément le plus coûteux d’une voiture électrique, pouvant représenter jusqu’à 50 % du prix total. Sa réparation est non seulement difficile mais aussi risquée. Les coûts associés à la réparation de ces batteries peuvent s’avérer prohibitifs, rendant alors la voiture irréparable du point de vue économique.

L’accès aux données : un défi pour les réparations

Avant même d’envisager une réparation, il est nécessaire d’établir un diagnostic précis. Toutefois, pour les batteries des voitures électriques endommagées, ce processus est presque impossible. Pourquoi ?

Les constructeurs limitent l’accès aux données relatives aux cellules pour préserver leur compétitivité et leurs secrets de fabrication. Sans ces données essentielles, les réparateurs se retrouvent dans l’impossibilité d’estimer le coût et la faisabilité d’une intervention. Dans cette incertitude, les assureurs optent souvent pour la solution la plus économique : envoyer la voiture à la casse.

Les conséquences de cette situation

Les constructeurs ont un rôle essentiel à jouer dans cette situation. Alors que certains constructeurs américains et Européens comme Ford, BMW et Peugeot font des efforts pour rendre leurs packs de batteries plus accessibles et réparables, d’autres, comme Tesla, optent pour des solutions qui rendent la réparation quasiment impossible.

Le choix des constructeurs a des implications majeures. Non seulement il interroge sur l’aspect véritablement “écologique” des voitures électriques, mais il soulève également des questions sur le coût global pour les consommateurs, notamment en termes d’assurance.

L’ironie est palpable : acheter une voiture électrique pour des raisons écologiques peut se révéler contre-productif si celle-ci termine prématurément à la casse suite à des dommages mineurs. Cela remet en question la comparaison de l’impact environnemental entre véhicules électriques et thermiques.

D’un point de vue économique, les conséquences se ressentent également. Les primes d’assurance pour les voitures électriques tendent à augmenter, avec, par exemple, une hausse de franchise des tarifs qui a déjà débuté en France et partout en Europe et qui ne devrait pas s’arrêter là avec une hausse prévue de 27% avec la fin de l’exonération de la TSCA.

Quelles solutions pour l’avenir ?

Face à cette situation, des solutions existent. Des réglementations plus strictes, favorisant la maintenance, la réparation et la réutilisation des batteries, pourraient encourager un changement de comportement chez les constructeurs. L’ouverture des données des batteries semble être une étape cruciale pour réduire le nombre de voitures électriques envoyées prématurément à la casse. Le futur de la mobilité verte dépendra sans doute de ces évolutions cruciales.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter