Actu voiture électrique

Bonus écologique 2024 : les modèles préférés des français désormais exclus

Philippe Moureau

L’année 2024 marque un tournant décisif dans l’univers des véhicules électriques. En effet, des changements significatifs surviennent concernant le bonus écologique, affectant la disponibilité et le coût de plusieurs modèles phares. Décryptons ensemble les récentes évolutions et leurs implications pour les amateurs et les futurs acquéreurs de voitures électriques.

Qu’est-ce que le bonus écologique et ses récentes modifications ?

L’État français, dans sa quête pour une mobilité plus verte, a mis en place le bonus écologique, une aide financière destinée à encourager l’achat de véhicules électriques. Cette initiative subventionne l’achat de véhicules neufs, avec des montants variant selon le profil de l’acheteur : 5 000 euros pour les particuliers montant jusqu’à 7 000 euros pour les foyers les plus modestes et 3 000 euros pour les professionnels. Or, la liste des véhicules éligibles en 2024 a été récemment actualisée, excluant certains modèles jusqu’alors favorisés.

Les modèles emblématiques exclus du bonus écologique

  • Dacia Spring : Positionnée en deuxième rang des ventes de véhicules électriques en France, cette minicitadine, produite en Chine, se voit retirer sa subvention, bien que Dacia envisage de maintenir son prix attractif.
  • MG Motor : La marque chinoise, avec des modèles tels que MG 4, MG 5, MG ZS EV, et MG Marvel-R, ne bénéficie plus des aides publiques françaises, malgré son succès notable sur le marché.
  • Tesla Model 3 : Autrefois leader des ventes de voitures électriques en France, ce modèle perd son bonus, contrairement au Tesla Model Y. La raison ? Les Model 3 vendues en France sont importées de Chine et non de la gigafactory de Berlin.
  • Kia : La marque coréenne, avec des modèles tels que Niro et EV6, produits en Corée du Sud, se retrouve également exclue de ce dispositif.
  • Smart #1 et #3 : Ces nouveaux modèles n’ont plus droit au bonus écologique, contrairement à la Smart Fortwo EQ, produite en France.
A lire également :  Ce constructeur chinois débarque en Europe avec une compacte électrique à moins de 30 000 €

Ces changements reflètent une nouvelle orientation de la politique écologique française, mettant l’accent sur la localisation de la production des véhicules en plus de leurs caractéristiques écologiques.

Implications pour les constructeurs et les consommateurs

Face à ces évolutions, les constructeurs réagissent différemment. Certains, comme Dacia, s’adaptent en maintenant des prix compétitifs. D’autres, tels que Tesla et Kia, pourraient devoir revoir leurs stratégies commerciales pour rester attractifs sur le marché français.

Pour vous, futurs acquéreurs, ces changements impliquent une réévaluation de vos choix. Il devient essentiel de comparer les options disponibles, en tenant compte non seulement du prix et des caractéristiques techniques mais aussi de l’éligibilité au bonus écologique.

Perspectives d’avenir

En somme, l’année 2024 apporte son lot de défis et d’opportunités dans le monde des véhicules électriques. Tandis que certains modèles perdent leur subvention, cela pourrait encourager une production plus locale et écologique, en phase avec les objectifs environnementaux du pays. Pour les consommateurs, c’est l’occasion de s’orienter vers des choix plus durables et potentiellement plus avantageux sur le long terme.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires