Cette technique du siècle dernier est indispensable au futur de la voiture électrique

ParAlbert Lecoq 23 décembre 2023 à 17h41

L’aérodynamisme dans le monde des véhicules électriques est plus qu’un concept technique ; c’est une renaissance d’une fascination qui date de plus d’un siècle. Laissez-moi vous plonger dans l’importance capitale de l’aérodynamique pour les voitures de demain.

L’aérodynamisme, un vecteur d’efficacité

La réduction de la traînée aérodynamique n’est pas seulement une question d’esthétique, mais un levier crucial pour l’efficience des véhicules électriques. Une meilleure aérodynamique signifie une autonomie accrue pour une même capacité de batterie. Cette quête de la performance aérodynamique n’est pourtant pas nouvelle.

Une exposition récente chez Audi en Allemagne met en lumière l’expérimentation aérodynamique des années 1930, où des formes corporelles innovantes étaient développées pour réduire la traînée des voitures à moteur à combustion.

Quand performance et efficacité riment avec histoire

Le désir de performance était aussi prononcé que celui de l’efficience. L’Auto Union, qui fusionnera plus tard pour donner naissance à Audi, avait équipé sa voiture de course Type C d’une carrosserie profilée en 1937, lui permettant d’atteindre une vitesse de pointe impressionnante.

D’autres constructeurs, tels que Chrysler avec son modèle Airflow, avaient également adopté des styles testés en soufflerie. Cependant, ces designs n’ont pas su conquérir les goûts des consommateurs de l’époque, où l’économie de carburant n’était pas encore une priorité.

Le renouveau de l’aérodynamisme à l’ère électrique

Aujourd’hui, les véhicules électriques remettent l’aérodynamisme au goût du jour. Des marques comme Lucid vantent l’efficacité aérodynamique de leurs voitures de luxe, tandis que Nio affirme que son EC7 est le SUV le plus aérodynamique au monde. Le Lightyear 0, assisté par l’énergie solaire, a même été proclamé voiture de production la plus aérodynamique avec un coefficient de traînée (Cd) de 0,175.

Même une courante Tesla Model 3 annonce un coefficient de traînée de 0,219, ce qui est extraordinaire en comparaison de ce qui se fait globalement sur le marché et il y a encore quelques années.

Cette quête est indispensable pour garantir l’efficience et l’autonomie des voitures électriques car en effet, celles-ci par leur réserve énergétique bien plus faible qu’un réservoir à carburant, se base sur le rendement qui s’approche de 100% de ses moteurs électriques, une aérodynamique soignée et aussi une résistance au roulement moindre.

Le “what if” aérodynamique de l’histoire automobile

Si les voitures électriques avaient maintenu leur domination sur les véhicules à combustion interne, l’aérodynamisme aurait-il joué un rôle plus conséquent ces dernières décennies ? Il est intrigant de se demander à quoi ressembleraient nos voitures aujourd’hui si le moteur électrique avait été la technologie dominante tout au long du XXe siècle. Quelle aurait été la silhouette de nos véhicules si l’aérodynamisme n’était jamais passé de mode ?

La réponse à cette question est façonnée par l’évolution des véhicules électriques d’aujourd’hui, qui, loin d’être une simple répétition du passé, sont les pionniers d’une nouvelle ère de design et d’efficience automobile. L’aérodynamisme, un temps oublié, est désormais au cœur de l’innovation dans l’industrie des véhicules électriques, promettant des voyages plus longs et plus silencieux à l’horizon de notre futur électrique.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter