Actu voiture électrique

Ineos : l’avenir n’est pas 100% électrique selon le PDG

Albert Lecoq

Le tout électrique est-il vraiment la solution ultime ? Des voix s’élèvent et soulèvent des interrogations qui pourraient tout changer.

Une vision exclusive des VE pourrait échouer à long terme

“La diversité énergétique, c’est la clé !” Lynn Calder, PDG d’Ineos Automotive, a lancé une bombe dans le monde de l’automobile. Elle pense que se concentrer uniquement sur les VE pourrait ne pas être la meilleure stratégie sur le long terme. Lors d’une conférence au Royaume-Uni, elle a affirmé que combattre le changement climatique nécessiterait un mix d’énergies : batteries, hydrogène et hybrides à essence.

Ineos Automotive, qui a récemment lancé le Grenadier, un véhicule tout-terrain propulsé par des moteurs thermiques, prévoit également de proposer des versions électriques et à hydrogène. Pour Calder, se focaliser uniquement sur les VE serait “dangereux”, insistant sur la nécessité de diversifier les sources d’énergie pour atteindre les objectifs climatiques britanniques.

Toyota approuve, mais d’autres critiques fusent

“La diversité énergétique, une solution ou un frein ?” Toyota, un géant de l’automobile, appuie la vision de Calder. Le PDG de Toyota UK, Augustín Martín, souligne que s’il faut combattre le carbone, ce combat ne peut être remporté par une seule technologie. Toutefois, du côté du département des transports du Royaume-Uni, on voit les choses différemment. Richard Bruce, directeur de la décarbonisation des transports, rétorque que cette approche multiple pourrait devenir une excuse pour l’inaction et que les VE ont un avantage certain actuellement.

A lire également :  La voiture électrique chinoise n'est pas invincible : en voici la preuve

“Les besoins de chaque véhicule sont uniques” Calder, de son côté, n’a pas manqué de renforcer ses propos, expliquant que chaque véhicule a des besoins spécifiques. Le Grenadier pourrait être utilisé dans des zones reculées où l’infrastructure de recharge des VE est quasi inexistante. Dans de tels scénarios, l’hydrogène pourrait être une option judicieuse.

Le Grenadier d’Ineos : une offre compétitive ?

Pensé pour les aventuriers et les professionnels, le Grenadier d’Ineos devrait arriver sur le marché européen avec un prix de départ d’environ 70 000 €. Les premières livraisons sont prévues pour le début de l’année prochaine.

Et vous ? Quelle est votre opinion sur cette diversité énergétique dans l’automobile ? Est-ce la voie à suivre ou un détour inutile ? Partagez vos réflexions avec nous dans les commentaires !

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires