La voiture électrique va bientôt être moins chère que la voiture essence, sauf sur un point

ParPhilippe Moureau 4 avril 2024 à 12h47

L’industrie automobile est à un tournant crucial, avec la promesse des véhicules électriques de devenir plus abordables à produire que leurs homologues à essence. Cependant, un défi majeur persiste : le coût élevé de leur réparation. Plongeons dans cette dualité fascinante, révélant à la fois les progrès réalisés et les obstacles à surmonter.

La convergence des coûts de production

La baisse rapide du coût de fabrication des véhicules électriques surprend positivement l’industrie. Selon les prévisions récentes de Gartner, nous pourrions atteindre la parité des coûts de production avec les véhicules équipés de moteurs à combustion interne dans trois ans à peine, avec une prévision encore plus audacieuse : d’ici fin 2027, fabriquer une voiture électrique s’avérera moins coûteux que produire son équivalent à essence.

Cette évolution tarifaire pourrait laisser présager une baisse des prix d’achat pour les consommateurs, mais la réalité de l’assurance et de la réparation de ces véhicules électriques économiques pourrait réserver des surprises désagréables.

Une augmentation préoccupante des coûts de réparation

Contrairement à la baisse des coûts de production, les frais de réparation des véhicules électriques connaissent une hausse alarmante. Avec la parité des coûts attendue pour 2027, la réparation d’un véhicule électrique suite à un accident majeur pourrait voir ses coûts augmenter de 30 %.

Cette inflation des coûts de réparation pourrait non seulement entraîner une hausse des primes d’assurance mais aussi pousser certaines compagnies à refuser de couvrir certains modèles de véhicules électriques.

Les implications pour les propriétaires et les assureurs

La réparation onéreuse des véhicules électriques après un accident pourrait conduire les assureurs à déclarer le véhicule comme perte totale plus fréquemment que pour un véhicule à essence, notamment en raison du coût prohibitif des réparations comparé à la valeur résiduelle du véhicule.

De même, les frais de réparation élevés après un accident pourraient se traduire par des primes d’assurance plus coûteuses ou même par le refus de certaines compagnies d’assurer certains modèles.

  • Augmentation potentielle des déclarations de perte totale : Une conséquence directe des coûts de réparation élevés.
  • Primes d’assurance plus élevées : Une répercussion financière pour les propriétaires de véhicules électriques.

La réalité des coûts à long terme

Actuellement, les véhicules électriques sont reconnus pour leurs coûts initiaux plus élevés comparés aux voitures à essence, mais leur avantage se manifeste sur la durée grâce à des coûts de rechargement et d’entretien moindres.

Toutefois, la réduction des coûts de production pourrait inverser cette dynamique, rendant l’achat initial des véhicules électriques plus abordable, mais augmentant leurs coûts à long terme, notamment en matière d’assurance et de réparation.

Le cas particulier de Hertz et des Tesla Model 3

L’expérience de Hertz, qui a acquis une flotte de Tesla Model 3 avant de se rétracter en raison de coûts d’assurance élevés et de réparations prohibitives, souligne les défis associés à l’entretien des véhicules électriques.

Même des dommages mineurs, facilement réparables sur un véhicule à essence, peuvent entraîner des temps d’attente prolongés et des déclarations de perte totale en raison de la complexité des systèmes de propulsion électrique et de recharge.

La problématique des réparations coûteuses

L’exemple d’un propriétaire d’une Renault Zoe, confronté à une facture de réparation exorbitante d’un montant de 8 770 € pour un chargeur défectueux, ou encore celui d’un possesseur de BMW i3 qui s’est vu attribué une facture de près de 30 000 € pour le changement de sa batterie, illustre parfaitement les défis de réparabilité et de coût que rencontrent les propriétaires de véhicules électriques. Cette situation met en lumière le besoin crucial d’intégrer la réparabilité dès la conception des véhicules électriques pour éviter des coûts de réparation qui pourraient dépasser la valeur du véhicule lui-même.

  • Exemple concret de coûts de réparation excessifs : Un défi majeur pour la viabilité à long terme des véhicules électriques.
  • Appel à une conception orientée vers la réparabilité : Une nécessité pour réduire les coûts à long terme et favoriser l’adoption des véhicules électriques.

Si les véhicules électriques promettent de devenir plus abordables à produire, les défis liés aux coûts de réparation et aux implications pour les assurances demeurent préoccupants. Pour surmonter ces obstacles, l’industrie doit prioriser la réparabilité et la durabilité dans la conception des véhicules électriques, afin de garantir leur attractivité et leur accessibilité financière à long terme pour les consommateurs.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter