Actu voiture électrique

La voiture électrique, même d’occasion, est réservée aux riches : les chiffres étonnants

Philippe Moureau

Avez-vous déjà envisagé d’acheter une voiture électrique d’occasion ? Si vous êtes curieux à propos de ce marché particulier, cet article est pour vous. Le marché de la voiture électrique d’occasion, bien que naissant, démontre déjà des caractéristiques spécifiques intéressantes, influencées par divers facteurs économiques et démographiques.

Statistiques de vente : une évolution remarquable

Le premier trimestre de 2024 a vu un boom incontestable dans les transactions de voitures électriques d’occasion en France. Avec 28 682 unités vendues, cela représente 2 % des ventes totales d’occasions. Ce chiffre, bien que modeste comparé au secteur des thermiques, est en hausse de 70 % par rapport à la période précédente. Cette forte augmentation peut être attribuée à plusieurs facteurs :

  • Une offre croissante de modèles disponibles en occasion, résultant de la popularité croissante des électriques lors des années précédentes.
  • L’évolution des politiques et des perceptions vis-à-vis de la durabilité et de l’écologie.

Les modèles les plus couramment vendus sont ceux figurant parmi les plus populaires en neuf, à savoir la Renault Zoé, la Peugeot e-208, et la Tesla Model 3. Ces modèles continuent d’attirer les consommateurs grâce à leur performance et leur fiabilité éprouvée.

A lire également :  Tout savoir sur la Polestar 5 : une révolution électrique en matière de design et de performance
Modèles les plus recherchésProportion des recherches
Tesla Model 319,76 %
Renault Zoé14,12 %
Tesla Model Y8,47 %
Tesla Model S8,34 %
Peugeot e-2084,91 %
Tesla Model X3,84 %
Renault Mégane E-Tech3,41 %
Nissan Leaf3,08 %
Porsche Taycan2,79 %
BMW i32,53 %

Profil des acheteurs : une clientèle distincte

L’analyse des profils démographiques des acheteurs de voitures électriques d’occasion révèle des tendances spécifiques. L’âge moyen des acheteurs est de 48 ans, supérieur à celui des acheteurs de voitures thermiques d’occasion, qui est de 43 ans. Ce phénomène s’explique notamment par :

  • Le niveau de revenu généralement plus élevé des acheteurs de voitures électriques, facilitant l’accès à ces véhicules dont le coût reste conséquent même en seconde main.
  • Une familiarité et un confort avec les technologies plus avancées, souvent plus prononcés chez les consommateurs plus âgés.

De plus, 25 % des clients étaient déjà propriétaires d’un véhicule électrique, soulignant une certaine fidélité à cette technologie. Par ailleurs, l’étude montre que les 18 à 30 ans ne représentent que 8 % des acheteurs de voitures électriques d’occasion, contre 26 % pour les véhicules thermiques, suggérant une barrière économique notable pour les plus jeunes.

MoisPrix moyen de vente en occasion
janvier 202429 289 €
février 202428 545 €
mars 202428 073 €
avril 202427 542 €
mai 202427 095 €
juin 202426 898 €

Le rôle crucial des professionnels et des nouvelles modalités d’achat

Les professionnels tiennent un rôle prépondérant dans le commerce des voitures électriques d’occasion, réalisant 78 % des transactions. En comparaison, ils occupent seulement 43 % du marché des occasionnels pour les thermiques. Ce déséquilibre est principalement dû à :

  • La nécessité d’une expertise technique plus pointue pour évaluer et reconditionner les véhicules électriques.
  • La préférence des consommateurs pour des garanties et des services après-ventes fiables lors de l’achat d’une technologie encore relativement nouvelle et coûteuse.
A lire également :  Les ventes de voitures électriques s'effondrent en France : à quoi doit-on s'attendre ?

Par ailleurs, le leasing gagne du terrain, montant à 32 % des transactions en 2024, contre 24 % l’année précédente. Ce modèle d’achat peut réduire l’obstacle financier initial et rendre les voitures électriques d’occasion accessibles à un public plus large.

Impact des politiques et des incitations économiques

La suppression du bonus de 1 000 euros sur les occasions électriques a sans doute eu un impact négatif sur la dynamique des ventes. Pourtant, l’appel des acteurs du marché, comme l’Avere-France, pour un soutien continu au secteur est entendu. En effet :

  • La stabilité réglementaire et les incitations financières sont cruciales pour soutenir la croissance de ce marché.
  • Les incitations pour les flottes d’entreprise peuvent alimenter le marché secondaire, renouvelant ainsi l’offre et potentiellement réduisant les coûts.

Il est clair que le marché des véhicules électriques d’occasion en France est à un tournant. S’il continue de croître et de se démocratiser, il pourrait jouer un rôle déterminant dans la transition écologique du secteur automobile. Les défis restent significatifs, mais les opportunités sont réelles et prometteuses pour ceux prêts à explorer cette nouvelle avenue. L’évolution continue du marché mérite sans aucun doute un suivi attentif pour quiconque s’intéresse à l’avenir de la mobilité durable.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires