Actu voiture électrique

Toyota et la voiture électrique : entre échec et mauvaise foi

Albert Lecoq

Les tensions montent entre Toyota et les leaders du marché des véhicules électriques, notamment Tesla, après des commentaires anti-électriques d’un cadre de Toyota. Les acteurs clés du secteur et les chiffres de vente révèlent un tableau intéressant.

Toyota, hésitant à embrasser l’électrique

Toyota, un géant de l’automobile, manifeste son scepticisme face à la voiture électrique. Étrangement, l’entreprise a été parmi les plus vocalisantes sur l’adoption des véhicules électriques dès le départ. Sous la direction d’Akio Toyoda, Toyota a régulièrement fait pression contre des règles d’émissions plus strictes. Même après le départ de ce leader historique, l’entreprise a poursuivi dans cette veine.

Un leadership hybride qui domine, c’est l’image que Toyota a construite au fil des années. La marque a ainsi affirmé que les véhicules 100% électriques ont du sens dans des pays comme la Norvège, mais que dans d’autres pays comme l’Australie par exemple, c’est loin d’être le cas.

Montée en puissance des véhicules électriques

Malgré un démarrage lent et peu adapté au départ, le marché australien voit pourtant son marché des voitures électriques en pleine expansion. En 2022, elles ne représentaient que 3,8% des ventes totales, un chiffre qui a bondi à 7,3% cette année. Plus de 65 000 Australiens ont choisi des modèles électriques abordables comme le BYD Atto 3 et la Tesla Model Y.

A lire également :  Toyota a raté le virage de la voiture électrique à cause d'une grossière erreur

Tesla réagit aux commentaires de Toyota. Rohan Patel, VP de la politique publique de Tesla, a corrigé ces affirmations en soulignant que de nombreux Australiens alimentent déjà leurs véhicules électriques avec une électricité 100% propre. Et les chiffres le montrent: les énergies renouvelables représentent désormais près de 32% de l’électricité consommée en Australie, contre seulement 8% en 2009.

Réaction du conseil des véhicules électriques

Behyad Jafari, le PDG du Conseil des VE en Australie, est en accord avec Patel. Il considère les commentaires de Toyota comme une tentative de défendre leurs propres échecs. Jafari souligne que l’industrie de la batterie a le potentiel de fournir le monde entier en batteries pour voitures électriques.

Toyota voit son leadership vaciller. Bien qu’elle reste le plus grand constructeur automobile dans certains pays comme en Australie, Toyota a vendu 21 000 véhicules de moins cette année, tandis que Tesla a augmenté ses ventes de près de 24 000. La Tesla Model Y s’est même hissée en tête des ventes de SUV en Australie, devant le Toyota RAV4 et d’autres.

Le futur de Toyota dans m’électrique

Toyota a longtemps misé sur l’hybride, tardant à investir sérieusement dans les voitures 100% électriques. Son premier véhicule électrique mondial, le SUV bZ4X, a connu plusieurs problèmes, retardant sa sortie.

A lire également :  La voiture à hydrogène dans l'impasse : 20 ans après, rien n'a changé

Des innovations en préparation. Malgré une faible part de marché dans l’électrique, Toyota annonce une série d’innovations pour améliorer l’efficacité et réduire le coût des futurs modèles. Toutefois, le passé montre que Toyota a déjà fait de nombreuses promesses en matière d’électrique. Reste à voir si elles seront tenues.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires