Voiture électrique : les constructeurs automobiles mettent en danger la planète avec leur stratégie douteuse

ParPhilippe Moureau 20 décembre 2023 à 17h46

Alors que la transition vers les véhicules électriques semblait bien engagée, de récents développements suggèrent un possible ralentissement de la part de certains géants de l’automobile. Mais comprenez bien, ce n’est pas seulement une question de technologie ou de marché, c’est une question de survie climatique.

Les enjeux climatiques en jeu

Vous n’êtes pas sans savoir que notre planète a déjà connu un réchauffement de 1,1 degrés Celsius depuis l’ère préindustrielle. Les scientifiques sont unanimes : dépasser de trop ce seuil pourrait entraîner des conséquences catastrophiques. Le fameux Accord de Paris, signé en 2015, vise à maintenir ce réchauffement en dessous de 1,5 degré Celsius, idéalement, ou 2 degrés dans le pire des cas.

Dans ce contexte, les engagements des entreprises, notamment des constructeurs automobiles, sont cruciaux. Des géants comme General Motors ou Mercedes-Benz se sont engagés à passer complètement aux voitures électriques d’ici 2030 ou 2035. Mais voilà que certains semblent freiner des quatre fers.

La dangereuse équation des émissions de CO2

Le secteur des transports est responsable d’environ 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et les voitures à essence en représentent 75%. Les États-Unis, en particulier, contribuent massivement à ces émissions mais l’Europe est loin d’être un modèle. La grande question est donc : que se passerait-il si les constructeurs automobiles ne tenaient pas leurs engagements en matière de véhicules électriques pour la réduction des émissions individuelles ?

Regardons les choses en face :

  • Les émissions des grands constructeurs automobiles se divisent en trois catégories : Scope 1, 2 et 3. Les plus problématiques sont les émissions de Scope 3, liées à l’utilisation des produits par les consommateurs.
  • En 2022, Ford a rapporté que les émissions de Scope 3 de ses 4,2 millions de voitures vendues dans le monde représentaient environ 319,568,185 tonnes métriques de CO2e. GM, de son côté, a rapporté 208,6 millions de tonnes métriques de CO2e pour la même année.
  • Ces chiffres sont colossaux, équivalant ou dépassant les émissions annuelles de pays entiers.

Ainsi, un ralentissement dans la transition vers les VE pourrait gravement compromettre nos chances de rester sous le seuil de 1,5 ou 2 degrés Celsius de réchauffement.

Le défi de la transition vers les véhicules électriques

La transition vers les VE est complexe et coûteuse. Les constructeurs doivent faire face à des défis tels que la production à grande échelle, la réduction des coûts, et la satisfaction d’une demande croissante pour des modèles plus variés et abordables.

De plus, bien que les VE réduisent significativement les émissions de Scope 3, ils ne sont pas totalement exempts d’émissions, notamment en raison de la production de batteries et du type d’énergie utilisée pour les recharger.

Cependant, la transition est impérative. Les constructeurs tels que GM et Ford jouent un rôle majeur dans la décarbonation mondiale. Leurs plans de transition vers les VE visent à réduire considérablement leurs émissions de Scope 3, un élément crucial pour respecter les budgets carbone mondiaux.

Les conséquences d’un retard dans la transition

Un retard dans la transition vers les véhicules électriques n’est pas seulement une question d’économie ou de technologie, c’est une question de survie climatique. Les prochaines décennies sont cruciales pour réduire les émissions de carbone. Si des entreprises comme Ford et GM continuent sur leur lancée actuelle, les conséquences pourraient être désastreuses.

Le message que semblent vouloir transmettre les constructeurs automobiles est qu’ils sont engagés dans la transition vers les VE, mais que les politiques et réglementations actuelles sont trop contraignantes. Cependant, les enjeux climatiques ne peuvent attendre. Chaque année de retard augmente le risque de dépasser les seuils critiques de réchauffement.

La transition vers les véhicules électriques est plus qu’une évolution technologique ou un changement de marché. C’est un impératif écologique, une nécessité pour la survie de notre planète. Les constructeurs automobiles, en tant que contributeurs majeurs aux émissions mondiales, ont la responsabilité et le pouvoir de mener cette transition. Leur succès ou leur échec aura un impact déterminant sur notre avenir climatique.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

71 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter