Voiture électrique : La France reste le pays le plus généreux d’Europe, et de loin

ParPhilippe Moureau 6 janvier 2024 à 16h43

En 2024, la France durcit le bonus écologique et se prépare également à le réduire, mais conserve son statut de leader européen en matière de soutien à l’achat de voitures électriques, et de très loin. Cette évolution marque une étape clé dans la transition vers une mobilité plus durable, tout en reflétant les défis économiques actuels.

Le contexte français : une générosité maintenue malgré une réduction des aides

En 2024, la France s’apprête à réduire le montant de son bonus écologique pour l’achat de voitures électriques, notamment pour les foyers les plus aisés. Bien que cette baisse soit significative selon le point de vue, avec une diminution de 1000 à 2000 euros selon les cas, elle maintiendra toujours la France comme leader européen en matière de générosité envers les acheteurs de véhicules électriques. Cette décision intervient dans un contexte où d’autres pays, comme l’Allemagne, la Norvège, et la Suisse, ont complètement retiré leurs subventions, souvent pour des raisons budgétaires.

L’année 2023 a vu le gouvernement français dépenser plus de 1,7 milliard d’euros en bonus écologiques, une somme qui est très loin d’être suffisamment compensée par le malus écologique mis en place. Avec près de 20% des voitures vendues étant électriques en cette fin 2023, la question de la durabilité financière de ces aides se pose. Ces incitations ont été cruciales pour stimuler la transition vers une mobilité plus durable. Cependant, avec le temps, l’accent se déplace vers un soutien plus ciblé et possiblement plus stratégique, notamment en privilégiant les foyers les plus modestes.

Implications pour les constructeurs et le marché

La baisse prévue de l’aide gouvernementale impactera probablement les stratégies des constructeurs. Certains, comme Stellantis et Volkswagen Group en Allemagne, ont déjà commencé à compenser cette perte par des initiatives internes. Par ailleurs, la limite de prix fixée à 47 000 € pour bénéficier du bonus a conduit à des ajustements de tarifs chez plusieurs constructeurs premium, notamment allemands, afin de rester compétitifs.

Cette situation a également ouvert la porte à des entreprises non européennes. L’installation de l’usine BYD en Hongrie en est un exemple. En produisant localement, ces entreprises cherchent à contourner les pénalités liées à une production hors Europe et à profiter pleinement des incitations gouvernementales.

Changement de dynamique dans la compétition des prix

Le réajustement du bonus écologique risque de réduire l’écart entre les constructeurs éligibles et ceux exclus du dispositif, notamment ceux produisant en Chine. Des marques comme Tesla, avec leur Model 3 récemment exclue du bonus français étant produite en Chine, pourraient trouver de nouvelles opportunités pour renforcer leur présence sur le marché français.

La concurrence entre les constructeurs européens et non européens pourrait ainsi s’intensifier, offrant potentiellement plus de choix et de meilleurs prix aux consommateurs.

Les nouvelles orientations pour 2024

En 2024, le gouvernement français prévoit une enveloppe de 1,5 milliard d’euros pour le bonus écologique, soit 200 millions de moins qu’en 2023. Malgré cela, la France reste le pays le plus généreux d’Europe et parmi les plus généreux du monde en terme d’aide à l’achat. Cette somme sera également répartie pour financer un nouveau dispositif, le leasing social, doté d’un budget de 400 millions d’euros. La baisse envisagée touchera principalement les 40% des ménages les plus aisés, avec une réduction du bonus de 5 000 à 4 000 euros pour l’achat de véhicules électriques neufs. Par ailleurs, le bonus actuellement en place pour l’achat de véhicules électriques d’occasion, d’un montant de 1 000 euros, pourrait être supprimé également selon les revenus du foyer.

Cette nouvelle orientation reflète une volonté d’équilibrer entre le soutien à la transition écologique et les impératifs budgétaires. Le gouvernement semble s’orienter vers des solutions plus durables et équitables, tout en continuant à encourager l’adoption des véhicules électriques.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter