Actu voiture électrique

Avec sa voiture électrique à moins de 20 000 €, BYD veut dominer l’Europe

Albert Lecoq

Le fabricant chinois BYD, initialement discret lors de son arrivée en Europe, affiche désormais des ambitions démesurées. En effet, selon Michael Shu, responsable de BYD en Europe, l’entreprise entend devenir le leader des ventes de véhicules électriques sur le continent européen avant 2030, surpassant des géants tels que Tesla et des concurrents européens à l’image de Renault ou Stellantis.

Stratégie d’expansion européenne de BYD

Malgré des débuts modestes en France, avec seulement 1 200 voitures immatriculées au cours des quatre premiers mois de l’année 2024, BYD mise sur une croissance rapide grâce à une présence renforcée en Europe. Michael Shu a révélé un plan d’investissement majeur destiné à développer des infrastructures locales, incluant usines, concessions et actions marketing.

Se détachant de sa stratégie initiale d’importation depuis la Chine, BYD entend s’ancrer localement. Une usine en Hongrie est actuellement en construction et devrait débuter sa production en 2025. Cette démarche répond à une double nécessité : réduire les coûts logistiques et éviter l’augmentation probable des taxes sur les importations de véhicules chinois, suite à une enquête lancée par Bruxelles contre les pratiques de prix agressives soutenues par des subventions d’État chinoises.

A lire également :  Voiture électrique : bonne nouvelle pour le bonus écologique en France, mais pas pour tout le monde

Une citadine électrique compétitive pour conquérir l’Europe

Dans sa quête de leadership, BYD prévoit de lancer une offensive majeure sur le marché avec une citadine électrique économique. Basée sur le modèle Seagull, vendu en Chine à moins de 10 000 €, cette voiture sera adaptée aux normes et attentes européennes en proposant plus de puissance et d’autonomie tout en visant un prix attractif sous la barre des 20 000 €. Cette stratégie de prix pourrait révolutionner le marché européen, où les options abordables sont encore rares.

En complément, BYD envisage la production de modèles hybrides rechargeables en Europe, reconnaissant que le marché n’est pas encore totalement prêt à abandonner les véhicules thermiques. Cette diversification de l’offre montre une adaptation stratégique aux divers degrés de préparation des consommateurs européens face à la transition écologique.

BYD ne se contente pas de jouer les nouveaux venus sur le marché européen, la marque cherche à redéfinir les normes du secteur automobile électrique avec des ambitions hautes et des stratégies bien adaptées aux réalités économiques et réglementaires européennes. Entre des prix défiant toute concurrence et une production locale visant à minimiser les frais, BYD se positionne comme un acteur incontournable dans la course au leadership européen en matière de mobilité durable.

A lire également :  Les voitures électriques désormais plus propre avec les premières batteries recyclées
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires