Batteries électriques : un procédé révolutionnaire recycle 98% du lithium sans polluer

ParPhilippe Moureau 4 janvier 2024 à 7h52

Alors que l’Union européenne impose de nouvelles directives pour la gestion de fin de vie des batteries des voitures électriques, des scientifiques suédois viennent de franchir un pas décisif pour l’environnement.

Une avancée suédoise pour la durabilité des batteries

En réponse aux normes européennes exigeant un recyclage accru des matériaux des batteries des véhicules électriques, l’Université de Chalmers en Suède a présenté une innovation notable. Cette technique, révélée en octobre 2023, promet une récupération efficace des métaux précieux, cruciaux pour l’industrie.

Elle se distingue par sa capacité à recycler 98% du lithium et l’intégralité de l’aluminium présents dans les batteries, sans recourir à des substances chimiques dommageables pour notre environnement. Une révolution qui s’inscrit pleinement dans une démarche écoresponsable et économique.

Le défi de la récupération des métaux

La nouvelle méthode se veut plus verte et moins onéreuse que les processus actuels. Elle repose sur l’utilisation de l’acide oxalique, une substance organique bénigne pour l’environnement. Les chercheurs ont entrepris de transformer les batteries usagées en une poudre noire, puis de la dissoudre pour en extraire les métaux précieux.

Le procédé génère un liquide vert contenant le lithium et l’aluminium, séparés par filtration. Bien que la séparation finale des deux métaux nécessite des ajustements, les résultats préliminaires sont prometteurs. Ils indiquent un avenir où le recyclage des batteries serait non seulement plus écologique mais également plus efficient.

Optimisation et perspectives futures

Les scientifiques admettent que la méthode doit encore être peaufinée pour atteindre la perfection. Cependant, l’objectif est clair : simplifier le recyclage tout en minimisant la perte de matériaux. Les implications d’une telle avancée sont vastes, anticipant une réduction significative des coûts et un impact environnemental moindre.

En supprimant les étapes de purification onéreuses et complexes, cette innovation pourrait transformer le paysage du recyclage des batteries de véhicules électriques. Les chercheurs restent confiants dans la possibilité d’une adoption large de cette méthode, signalant un futur plus vert et durable pour l’automobile électrique.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter