Actu voiture électrique

Une nouvelle pratique douteuse va faire très mal pour la recharge des voitures électriques

Alexandra Dujonc

Avez-vous déjà pensé à ce qui se cache derrière la recharge de votre véhicule électrique ? Alors que la transition énergétique prend un essor considérable, une ombre plane sur les stations de recharge : le vol de câbles de cuivre. Ce problème, apparemment insignifiant, a des répercussions bien plus vastes qu’on pourrait le croire sur l’accessibilité et le coût des infrastructures de recharge des véhicules électriques.

La montée en puissance des infrastructures de recharge

Il est indéniable que les stations de recharge pour véhicules électriques se sont multipliées à une vitesse fulgurante. En France, par exemple, le nombre de points de charge a franchi le seuil des 120 000, un chiffre qui souligne l’ampleur de l’engagement en faveur de la mobilité électrique. C’est une nouvelle qui devrait normalement rassurer tout détenteur de voiture électrique soucieux de son autonomie sur la route.

Les avancements technologiques et la multiplication de ces bornes signalent une disponibilité croissante et une fiabilité améliorée, réduisant ainsi les risques de pannes ou de maintenance fréquente. Pourtant, là où il y a une infrastructure précieuse, il y a également une opportunité pour le crime.

A lire également :  Les futures Porsche électriques 718 Cayman et Boxster : tout ce que nous savons

Augmentation alarmante des vols de câbles

Un exemple criant nous vient des États-Unis où la chaîne de bornes Electrify America, équivalent local de Ionity ou TotalEnergies, a noté une augmentation considérable des vols de câbles de recharge. Imaginez : en un seul mois, 129 câbles ont été dérobés sur son réseau. Ces vols n’étaient auparavant qu’un événement rare, survenant seulement une fois tous les six mois. Les implications de ces actes malveillants sont loin d’être négligeables, touchant même les réseaux de bornes réputés comme les Superchargeurs de Tesla.

Les raisons ? Elles sont aussi claires que troublantes. Le cuivre, composant principal de ces câbles, a vu son prix grimper, rendant le métal extrêmement précieux. Du vol isolé à la petite échelle, il est maintenant question d’organisations criminelles qui visent les câbles dont la teneur en cuivre peut représenter un véritable petit trésor.

Le cuivre, un métal précieux

Le prix du cuivre sur les marchés internationaux montre une hausse constante, avec des valeurs atteignant environ 5 euros le kilo récemment. Les câbles de recharge contiennent en moyenne 13 à 14 euros de cuivre. Ce gain peut sembler modeste à première vue, mais multiplié par le nombre de vols, il représente une somme considérable.

Une fois volé, le cuivre est généralement vendu dans des dépôts de ferraille, où il devient presque impossible de tracer son origine, rendant les opérations de recouvrement par les autorités complexes et souvent infructueuses.

A lire également :  Avec sa voiture électrique à moins de 20 000 €, BYD veut dominer l'Europe

Conséquences et mesures prises

Les perturbations causées ne se limitent pas seulement à l’inconvénient de trouver une borne en état de fonctionnement. Le coût de remplacement d’un seul câble de recharge équivaut à près de 1 000 euros, un montant non négligeable qui risque, à terme, de se répercuter sur le prix final de la charge pour les utilisateurs.

Pour contrer cette vague de criminalité, les autorités et les sociétés de recharge intensifient leurs efforts. Parmi les mesures envisagées, l’installation de caméras de surveillance aux abords des stations et une coopération renforcée avec les déchetteries et les casses automobiles semblent prévaloir. Une stratégie qui, espérons-le, limitera ces délits, assurant ainsi la sécurité et l’efficacité des infrastructures de recharge pour tous.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires