Actu voiture électrique

Le co-fondateur de Tesla lève 1 milliard de dollars pour révolutionner le recyclage des batteries des voitures électriques

Alexandra Dujonc

JB Straubel, co-fondateur de Tesla, vient de lever plus d’un milliard de dollars avec sa start-up Redwood Materials. Mais pour quoi faire ? Pour rien de moins que changer la façon dont les États-Unis recyclent et produisent les matériaux pour batteries. Accrochez-vous, on vous dit tout !

Qui sont les géants qui misent sur Redwood Materials ?

Vous pensiez que c’était juste une autre startup environnementale ? Détrompez-vous ! Cette levée de fonds en Série D a été co-dirigée par des titans comme Goldman Sachs Asset Management, le Technology Impact Fund de Capricorn, et d’autres fonds gérés par T. Rowe Price Associates. Des nouveaux investisseurs comme Microsoft et Caterpillar ont également rejoint le train en marche.

Pourquoi une telle confiance ? Tout simplement parce que Redwood Materials a déjà levé près de 1 milliard de dollars de capitaux propres et bénéficie d’un prêt de 2 milliards de dollars du Département de l’Énergie. Oui, vous avez bien lu.

Adieu la dépendance à la Chine

Il faut savoir que la majorité des matériaux de batteries proviennent de Chine. On parle de 59 % du lithium mondial et de 75 % du cobalt mondial ! En comparaison, les États-Unis et le Canada ne contribuent qu’à 3 % de ces matières premières. Redwood Materials veut changer la donne.

A lire également :  Honda entre dans la course des voitures électriques bon marché

Comment ? En développant la chaîne d’approvisionnement domestique et en permettant pour la première fois à ses clients d’acheter des matériaux pour batteries produits aux États-Unis. Vous vous rendez compte ? Du lithium, du nickel et du cobalt 100 % made in USA !

Des usines révolutionnaires sont en construction

Accrochez-vous bien, ce n’est pas une, mais deux usines que Redwood Materials compte construire aux États-Unis ! La première sera un site de 175 acres à Carson City, Nevada, spécialisé dans la production de feuilles de cuivre pour anode. La deuxième, encore plus ambitieuse, sera une installation de 600 acres à Charleston, en Caroline du Sud.

Ce deuxième site permettra à Redwood de dépasser le simple recyclage de batteries pour aller jusqu’à la remanufacturation de matériaux. On parle de feuilles de cuivre pour anode et cathode !

La fin des exportations massives de cuivre vers l’Asie ?

Actuellement, les États-Unis exportent plusieurs centaines de milliers de tonnes de cuivre vers l’Asie chaque année. Non seulement cela nuit à l’environnement, mais cela prive également le pays de ressources critiques.

Avec ce nouveau financement, Redwood Materials prévoit de mettre en place sa production de feuilles de cuivre d’ici fin 2023. Et le premier client ne sera autre que Panasonic, dans le cadre d’un partenariat existant pour recycler les déchets de production de Tesla.

A lire également :  Faut-il vraiment remplacer la batterie d'une voiture électrique après 8 ans ? Voici ce que vous devez savoir

Redwood Materials : l’avenir de la mobilité électrique ?

Pour terminer sur une note encore plus positive, Redwood Materials a déjà des plans grandioses. La société prévoit d’atteindre une capacité annuelle de 100 gigawatt-heures de matériaux actifs pour cathode et feuilles d’anode d’ici 2025. C’est assez pour alimenter 1 million de véhicules électriques !

D’ici 2030, l’entreprise espère multiplier cette production par cinq. Oui, vous avez bien entendu : 5 millions de véhicules électriques pourraient être alimentés grâce à Redwood Materials. Alors, êtes-vous prêt·e·s pour le futur ?

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires