Actu voiture électrique

La première Ferrari électrique surprise en plein test : une allure déconcertante

Philippe Moureau

Ferrari s’est engagée dans la transition énergétique avec l’annonce de son premier véhicule électrique, prévu pour une sortie vers 2025. Ce passage à l’électrique marque un tournant historique pour la marque au cheval cabré. Décryptons ensemble les nouvelles fraîches qui nous parviennent directement d’Italie.

Un mulet de test aux allures déconcertantes

Récemment, un prototype surprenant a été aperçu aux abords de Maranello, le berceau de Ferrari. Loin des lignes agressives et aerodynamiques habituelles, ce modèle d’essai arbore une carrosserie épaisse qui rappelle plutôt celle du Maserati Levante. Pourtant, quelques détails trahissent son identité de future Ferrari, comme les phares, étrangement similaires à ceux de la Ferrari Roma.

Ce qui a intrigué les observateurs, ce sont principalement les quatre fausses sorties d’échappement décorant le pare-choc arrière et les autocollants jaunes signalant haute tension, confirmant que nous sommes bien en présence d’un véhicule électrique. Une voiture zéro émission qui invente, à travers une esthétique à contrepied, un nouveau langage design.

Le tarif de ce bolide électrique pourrait grimper au-dessus des 500 000 euros selon les estimations de Reuters, bien que le PDG de Ferrari, Benedetto Vigna, n’ait pas encore confirmé ce prix. L’entreprise continue également de produire ses véhicules V-12 aussi longtemps que la législation leur permettra de rugir.

A lire également :  Elon Musk confirme que le Roadster de Tesla arrive l’année prochaine et qu'il va voler

Inauguration surprise et spéculation médiatique

La semaine a également été marquée par l’inauguration d’une nouvelle usine sur le site historique de Maranelle, signalant ainsi une accélération notable de la préparation de Ferrari à l’ère électrique. Cette installation flambant neuve serait idéalement placée pour augmenter la production annuelle, passant potentiellement de 14 000 à 20 000 unités.

La diversification ne s’arrête pas là : environ 40 % de la production envisagée d’ici 2030 serait composée d’hybrides rechargeables et une autre tranche de 40 % de modèles entièrement électriques. La part des véhicules exclusivement à essence serait réduite à une maigre portion de 20 %, signe des temps qui changent rapidement.

L’électrique, mais toujours une Ferrari

Ferrari a fait une promesse importante : celle de maintenir une «authenticité» dans le son de ses véhicules électriques. Qu’est-ce que cela implique exactement ? Peut-être un avenir où la voiture électrique pourra et saura s’exprimer avec la même émotion qu’un moteur traditionnel. Laissons-nous surprendre, le véhicule électrique de Ferrari sera sans nul doute conçu avec le souci d’intégrer la performance et le luxe, fidèle à la réputation de la marque. Imaginez le frisson de conduire une machine purement électrique capable de délivrer une expérience visuelle, auditive et tactile unique.

Ceci annonce le début d’une nouvelle ère pour Ferrari et ses aficionados. Avec un programme ambitieux et une roadmap claire vers l’électrification, Ferrari n’est pas seulement en train de rattraper son retard dans le segment électrique, mais prévoit déjà de le redéfinir. Le bruit du moteur V12 vous manquera peut-être, mais le silence d’une Ferrari électrique pourrait bien être le son de l’avenir.

A lire également :  Les Tesla, ces voitures électriques sous-équipées

En adoptant une perspective résolument moderne tout en restant fidèle à ses standards d’excellence, Ferrari nous prépare à des jours où le style rencontre la durabilité. Rendez-vous donc en 2025 pour voir ce que le futur nous réserve, une révélation qui promet d’être rien moins que spectaculaire.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires