Actu voiture électrique

BYD casse les prix de ses voitures électriques pour mieux conquérir l’Europe

François Zhang-Ming

Le fabricant chinois de véhicules électriques BYD, reconnu pour ses modèles robustes mais traditionnels, a pris une tournure créative en 2017 avec l’arrivée de Wolfgang Egger à la tête de son équipe de design. Ceci a marqué un tournant avec le lancement de véhicules tels que le BYD Tang en 2018 et le BYD Han en 2020, apportant un nouveau souffle à la marque sur le marché européen. Ces véhicules haut de gamme, vendus initialement à plus de 70 000 €, ont cependant connu des volumes de vente modestes, voire très faibles comme chez nous en France.

Changement de cap chez BYD

BYD semble adopter une nouvelle stratégie tarifaire en réduisant considérablement le prix de ses modèles Han et Tang sur certains marchés. Par exemple, aux Pays-Bas, le prix de départ a été réduit de 14 000 €, tombant à 55 990 €. Une mesure destinée à dynamiser les ventes avant l’introduction de sa nouvelle génération de véhicules prévue pour 2025. Notamment, la prochaine édition du Tang pourra être dévoilée dés cette année et le Han l’année suivante lors de salons automobiles majeurs en Chine.

A lire également :  La recharge sans fil des voitures électriques arrive : ce que vous devez savoir

En France, ces réductions de prix sont pour l’instant non applicables, et les immatriculations de ces deux modèles restent rare. Il est clair que BYD n’a pas pour vocation de dominer le marché par les volumes mais plutôt d’établir une présence graduelle.

Des débuts Européens timides

L’entrée sur le marché européen de BYD avec les modèles Han et Tang s’est faite sur un registre haut de gamme, mais avec une discrétion sur le nombre de ventes. La marque semble stratégiquement positionner ces modèles comme des pierres angulaires, présentant les capacités et la technologie de BYD plutôt que comme des leaders en terme de chiffres de vente. Cela soulève des interrogations sur l’approche de prix et de positionnement du produit adoptée par BYD.

L’introduction des éditions “Final Edition” pour les modèles Han et Tang indique une fin de cycle pour ces derniers, faisant de la place pour la nouvelle gamme annoncée. Cette démarcation peut être vue comme une méthode pour renouveler le stock existant tout en préparant le marché pour les innovations à venir. Le choix de BYD de réduire significativently le prix suggère une manœuvre réfléchie pour solidifier la marque dans un contexte compétitif global.

Que signifie cette stratégie pour le futur de BYD en Europe?

La réduction de prix des modèles Han et Tang pourrait être interprétée comme un pas vers une stratégie plus agressive en Europe. Cette approche permettra peut-être à BYD de capter plus efficacement l’attention des consommateurs européens, en lutte pour une part de marché contre des géants de l’automobile établis. Plus important encore, cela positionne BYD en tant que marque prête à ajuster ses stratégies pour mieux répondre aux dynamiques de marché spécifiques.

A lire également :  La menace des véhicules électriques chinois s'étend bien au delà de la voiture

BYD fait passer des signaux forts sur le marché avec cette réduction de prix. Seul l’avenir nous dira si cette stratégie favorisera une percée significative de BYD sur le marché automobile européen ou si cela restera un coup isolé destiné à écouler les stocks avant l’arrivée de nouveaux modèles. Ce qui est certain, c’est que l’innovation et l’adaptabilité seront cruciales pour que BYD s’impose en Europe.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires