Actu voiture électrique

Les voitures à essence plus propres que les électriques ? Voici le verdict

Philippe Moureau

Si vous possédez une voiture électrique ou envisagez de passer à l’électrique, la question de leur impact environnemental par rapport aux voitures à essence vous a sans doute déjà interpellé. Les véhicules électriques sont souvent présentés comme une solution clé pour réduire les émissions mondiales, surtout dans le secteur des transports qui représente une part significative des émissions globales de gaz à effet de serre. Cependant, certaines personnes persistent à dire qu’une voiture électrique polluera forcément plus qu’un bon vieux modèle à essence.

Comparatif des émissions sur le cycle de vie des véhicules

La comparaison des émissions entre une voiture électrique et une voiture à essence inclut plusieurs étapes, de la fabrication à la fin de vie des véhicules :

  • Fabrication de la voiture
  • Production de la batterie (critique pour les véhicules électriques)
  • Utilisation des voitures pendant leur cycle de vie
  • Recyclage et disposition des véhicules et des batteries en fin de vie

Intéressons-nous d’abord à la fabrication. Les véhicules électriques et à essence partent de la même ligne lorsqu’il s’agit des émissions liées à la fabrication du cadre, des sièges, des pneus, etc. Cependant, l’ajout de batteries pour les véhicules électriques commence à différencier significativement ces deux types de véhicules. Celles des véhicules électriques sont non seulement plus grandes et plus lourdes, mais leur production nécessite également des minéraux critiques.

A lire également :  Quand les vacances en voiture électrique tournent au cauchemar : témoignages

Les experts en climat, y compris le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), s’attendent à ce que ces émissions diminuent à mesure que de plus en plus d’énergies renouvelables seront utilisées pour la fabrication des batteries dans les années à venir, une initiative visant à décarboner l’énergie nécessaire à leur production.

Émissions durant l’utilisation des véhicules

La majeure partie des émissions d’un véhicule provient de son utilisation. Le cycle énergétique du combustible, incluant la conduite, la maintenance et la production de l’énergie nécessaire est crucial. Pour les voitures à essence, la combustion de l’essence libère des émissions considérables, connues sous le nom d’émissions de tuyau d’échappement. En revanche, une voiture électrique, même chargée sur un réseau national incluant des combustibles fossiles, se montre plus propre en comparaison. Le graphique ici représente le bilan face à une production d’électricité très carbonée (à 68%) du réseau Australien.

Un SUV à essence génère presque 46 tonnes de carbone tout au long de sa vie, sans compter les émissions liées au raffinage et au transport du carburant. Ces chiffres sont souvent inférieurs aux usages réels compte tenu des procédures d’essai comme le Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure (WLTP).

Les voitures électriques, dépendant de l’électricité, voient leur profil d’émissions largement influencé par la manière dont cette électricité est produite. Les émissions d’une voiture électrique sont bien plus basses et continuent de diminuer à mesure que le réseau électrique s’oriente vers plus de renouvelables. Même avec une électricité produite de manière très carbonée, le bilan carbone se neutralise avant la barre des 40 000 km.

A lire également :  La vérité sur la réparation des batteries des voitures électriques : ce que les constructeurs ne vous disent pas

Les voitures électriques chargées par des panneaux solaires

Une alternative de plus en plus populaire consiste à charger les voitures électriques avec des panneaux solaires installés sur le toit des maisons. Cette méthode permet de réduire encore davantage les émissions, rendant les voitures électriques encore plus attractives en termes d’impact environnemental.

Gestion de la fin de vie des voitures

La fin de vie des véhicules inclut également le recyclage. La majorité des matériaux utilisés dans les voitures peuvent être recyclés, ce qui compense une partie des émissions produites initialement. De plus, les batteries des véhicules électriques, bien qu’arrivées en fin de vie utile pour la voiture, peuvent servir pour stocker de l’énergie dans les habitations ou même alimenter des usines, comme le font certaines entreprises comme Tesla.

Chaque voiture électrique, quel que soit l’endroit où elle est rechargée, produira moins d’émissions que son équivalent à essence.

La transition vers des véhicules plus écologiques est déjà en cours et les progrès technologiques en matière de production d’énergie et de fabrication des batteries continuent à renforcer l’argument écologique en faveur des voitures électriques. Ces véhicules ne sont pas seulement une alternative à l’essence; ils sont une avenue prometteuse vers une réduction substantielle des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports. Cela représente sans doute l’un des changements les plus significatifs et nécessaires pour notre environnement aujourd’hui.

A lire également :  De 500 à 200 kilomètres : ces voitures électriques perdent toute leur autonomie une fois sur la route
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires