Actu voiture électrique

Pourquoi les voitures électriques ne sont pas si écologiques que ça ?

Philippe Moureau

L’engouement pour les voitures électriques continue de croître à toute vitesse, encouragé par des politiques de transition énergétique de plus en plus incitatives. Vous vous demandez peut-être si ce trafic électrique est réellement aussi vert qu’on le prétend. Certes, les véhicules électriques émettent moins de CO2 lors de leur utilisation, mais un aspect souvent négligé pourrait bien renverser la vapeur. Explorons en profondeur ce qui rend cette question si complexe.

Production des batteries : une empreinte écologique lourde

Les batteries sont au cœur de la révolution électrique, mais leur fabrication a un coût environnemental significatif. Les processus d’extraction des matières premières telles que le lithium, le cobalt et le nickel ne sont pas sans conséquence sur l’environnement.

Ces processus d’extraction et de raffinage sont non seulement gourmands en énergie, mais génèrent également des émissions de CO2 non négligeables. On estime que la production d’une seule batterie de voiture électrique de 100 kilowattheures pourrait émettre jusqu’à 15 tonnes de CO2.

  • Production d’une batterie de 100 kWh : jusqu’à 15 tonnes de CO2
  • Pollution de l’eau et de l’air due à l’extraction du lithium et du cobalt

Cependant, il faut noter que cette empreinte écologique initiale plus lourde est compensée au fur et à mesure de la durée de vie de la voiture.

Durabilité et recyclage des batteries

La vie d’une batterie de voiture électrique n’est pas infinie, et son recyclage pose des défis importants. Tandis que les techniques de gestion et de revalorisation des batteries s’améliorent, elles ne sont pas encore totalement optimisées. Une batterie de voiture électrique peut durer entre 8 et 15 ans, après quoi elle doit être remplacée ou reconditionnée.

A lire également :  La R5 électrique à 20 000 €, c'est possible : Renault a trouvé la solution

Les processus actuels de recyclage sont coûteux et pas toujours efficaces. Actuellement, moins de 5% des batteries lithium-ion sont recyclées correctement, ce qui accroît les déchets toxiques et la pollution, bien que l’Europe mise gros sur le recyclage massive et l’économie circulaire en visant un taux de recyclage de 90% et ce dans à peine plus de 10 ans.

  • Durée de vie d’une batterie : entre 8 et 15 ans
  • Recyclage actuel des batteries lithium-ion : moins de 5%
  • Recyclage visé d’ici 2035 en Europe : 90%

Mix énergétique et émissions de CO2

Un autre point crucial à considérer est le mix énergétique utilisé pour recharger les voitures électriques. Dans certains pays, une grande part de l’électricité provient encore de centrales à charbon ou à gaz. Par exemple, en Allemagne, environ 30% de l’électricité est produite à partir de charbon. Si vous rechargez votre véhicule électrique avec une telle électricité, l’empreinte carbone augmente sensiblement.

Il vaut donc mieux recharger dans des zones où l’énergie renouvelable est prédominante, comme en France où le nucléaire et les énergies renouvelables représentent une part importante du mix énergétique. Cette variabilité signifie que le véritable impact écologique d’une voiture électrique dépend beaucoup de votre localisation.

  • Allemagne : environ 30% de l’électricité provient du charbon
  • France : une part significative de l’électricité provient du nucléaire et des énergies renouvelables
A lire également :  Les voitures électriques chinoises paralysent l'Europe : une crise sans précédent

Utilisation des ressources rares

Les voitures électriques nécessitent des matériaux rares et souvent controversés pour leurs batteries. Le cobalt est extrait principalement dans la République Démocratique du Congo, où l’exploitation minière pose des problèmes éthiques et environnementaux à grande échelle. En effet, sur la totalité des mines, environ 80% sont industrielles et respectent les lois et les normes en vigueur, mais il en reste 20% de mines artisanales pour laquelle il est reconnu qu’environ la moitié ne respectent pas les règles. Ces mines sont souvent associées à des conditions de travail dangereuses et à des violations des droits de l’homme. Attention cependant : seulement la moitié de ce cobalt est voué à être utilisé dans les batteries électriques, l’autre moitié est utilisée pour les autres industries.

L’extraction du lithium, quant à elle, demande de grandes quantités d’eau, ce qui peut provoquer des sécheresses dans les régions concernées. En Amérique du Sud, le lithium est extrait principalement dans des écosystèmes fragiles comme les salars, affectant les communautés locales et la faune.

  • Exploitation du cobalt : principalement en République Démocratique du Congo avec potentiellement 10% des mines ne respectant pas les lois
  • Extraction du lithium : impact sur les écosystèmes et les communautés locales

Autonomie et performance en réalité

Les constructeurs de véhicules électriques clament souvent des autonomies impressionnantes, mais qu’en est-il vraiment dans la vie quotidienne ? L’autonomie affichée par les fabricants est généralement obtenue dans des conditions optimales qui ne reflètent pas toujours une utilisation réelle. Facteurs comme la température, la vitesse de conduite et l’utilisation des accessoires peuvent réduire l’autonomie d’une batterie jusqu’à 30%.

A lire également :  Le diesel en chute libre alors que la voiture électrique explose : les chiffres choc

Pour exemple, la Peugeot e-308 annonce une autonomie de 410 kilomètres, mais en conditions réelles, cette autonomie se rapproche davantage des 200 à 250 kilomètres voire moins de 200 km sur voies rapides. Une diminution significative qui peut poser problème dans certaines situations de déplacement.

Coût de la recharge et comparaison avec les véhicules thermiques

Si l’on parle souvent du coût d’achat initial d’une voiture électrique plus élevé, le coût de recharge et de maintenance est aussi à prendre en compte. Recharger une voiture électrique est généralement moins coûteux que faire le plein d’un véhicule thermique, particulièrement si vous pouvez le faire à domicile avec un tarif heure creuse. En moyenne, recharger une batterie de 50 kWh au tarif règlementé d’EDF revient à environ 12 euros et peut chuter à moins de 10 euros avec les heures creuses et même 6 euros avec un abonnement Tempo, contre une soixantaine d’euros pour le plein d’une voiture thermique de taille similaire.

La maintenance d’une voiture électrique est également moins contraignante : moins de pièces mobiles, pas de vidanges d’huile, et moins de pannes liées à la mécanique. Cela dit, les coûts de remplacement des batteries peuvent être prohibitifs, même si les garanties se montrent souvent généreuses pour les premiers propriétaires.

Alors, les voitures électriques ne sont peut-être pas la solution magique universelle que certains imaginent. Elles apportent des bénéfices indéniables en termes d’émissions directes de CO2, mais comportent également des défis environnementaux qu’il convient de ne pas sous-estimer. En fin de compte, le véritable impact écologique de votre voiture dépend d’une multitude de facteurs, allant de la chaîne d’approvisionnement des matériaux à l’énergie utilisée pour la recharger, en passant par l’usage quotidien que vous en faites. En étant bien informés, nous pouvons faire des choix plus avisés et œuvrer ensemble pour un avenir durable.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires