Voiture électrique pour tous : c’était trop beau pour durer ? La mauvaise nouvelle est tombée

ParAlbert Lecoq 13 février 2024 à 12h56

Lancé avec fanfare au début de l’année, le leasing social pour les voitures électriques avait pour ambition de démocratiser l’accès à la mobilité propre. En offrant la possibilité aux ménages aux revenus modestes de conduire une voiture électrique pour moins de 100 euros par mois, ce dispositif semblait être la réponse parfaite à l’équation complexe de la transition écologique. Mais voilà, la réalité a rapidement rattrapé les ambitions.

Une initiative victime de son succès

Introduit mi-décembre et effectif dès le premier jour de janvier, le leasing social a été conçu pour rendre les véhicules électriques accessibles à une large tranche de la population. Grâce à une subvention étatique couvrant le premier loyer majoré, pouvant atteindre jusqu’à 13.000 €, des modèles comme la Renault Twingo électrique devenaient disponibles à partir de 40 € par mois. Une offre alléchante qui visait à inclure ceux ayant un revenu fiscal de référence par part inférieur à 15.400 €, touchant ainsi près de la moitié des Français.

Cependant, face à une demande explosant toutes les prévisions – 80.000 demandes reçues pour un objectif initial de 25.000 pour l’année 2024 – le gouvernement a dû réviser ses plans. La saturation rapide du dispositif a conduit à une réévaluation nécessaire, mettant en lumière les limites d’une offre trop belle pour durer sans ajustements.

Un arrêt temporaire, mais nécessaire

Le succès inattendu du leasing social a non seulement montré l’appétit du public pour les voitures électriques mais a également souligné les défis logistiques et financiers d’une telle initiative. Les concessionnaires ont exprimé leurs préoccupations quant à l’impact potentiel sur la valeur de revente des véhicules, craignant un risque financier conséquent à l’horizon de trois ans, au terme du leasing. Face à ces inquiétudes et à l’incapacité de répondre à une demande si massive, le gouvernement a opté pour une pause, officialisée par un décret, mettant fin aux nouvelles commandes dès le 12 février.

Cette décision, bien que frustrante pour beaucoup, s’avère être une mesure de prudence. Elle offre au gouvernement et aux acteurs du marché l’opportunité de revoir leurs stratégies et d’ajuster le dispositif pour qu’il puisse être durable et bénéfique à long terme, sans compromettre la santé financière des constructeurs et des distributeurs.

Le leasing social pour les véhicules électriques représente une étape importante vers une mobilité plus verte et plus accessible. Son arrêt temporaire, loin d’être un échec, est un ajustement nécessaire face à un succès dépassant toutes les attentes. Avec une reprise annoncée pour 2025, les leçons apprises durant cette période permettront sans doute d’offrir un dispositif plus robuste, capable de répondre efficacement à la demande sans sacrifier la viabilité économique du projet. Les amateurs de voitures électriques à petit prix devront faire preuve de patience, mais l’attente en vaudra probablement la peine.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter