Alerte rouge chez Stellantis : entre scandales et effondrement des ventes, Peugeot vacille

ParPhilippe Moureau 4 janvier 2024 à 16h15

L’année 2023 a été marquée par des hauts et des bas considérables pour les constructeurs automobiles, et Peugeot n’a pas échappé à cette tendance malgré la bonne santé globale de Stellantis, poussée par ses autres marques, notamment Fiat. Alors que certaines marques comme Tesla, Renault et MG Motor ont connu une croissance impressionnante, Peugeot a vu ses chiffres chuter de manière préoccupante.

Un recul inquiétant pour Peugeot

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Peugeot a enregistré un recul de 1,7% de ses immatriculations en 2023, et perd des points sur les parts de marché en passant de 16,06% à 13,6%. Malgré cette baisse, Peugeot reste en seconde position sur le marché français, mais avec Dacia, marque du groupe Renault, à ses trousses. Cette situation met en lumière des difficultés notables pour la marque au lion, autrefois leader incontesté sur le marché français.

La 208, par exemple, qui dominait le marché en 2022, a rapidement perdu du terrain au début de 2023. De plus, des modèles clés comme la 2008 et la 3008 ont également connu des baisses significatives de leurs ventes. En particulier, la 3008 a vu ses ventes chuter de 15,3%, un coup dur pour un modèle qui a longtemps été une locomotive pour la marque.

Les causes d’une année difficile

Plusieurs facteurs contribuent à cette situation délicate pour Peugeot. D’abord, des problèmes de logistique ont perturbé la marque depuis plus d’un an, impactant directement la disponibilité de ses véhicules. Ensuite, l’inflation des prix des modèles Peugeot a rendu ces derniers moins attractifs sur le marché, les remises sous forme de loyer en fin d’année n’ayant pas suffi à inverser la tendance.

La stratégie adoptée par Peugeot pour contrer cette baisse s’est avérée double tranchant. En effet, la marque a souvent recouru à des volumes tactiques, c’est-à-dire à une augmentation artificielle des immatriculations, en particulier durant les derniers jours de chaque mois. Bien que cette méthode ait permis de maintenir temporairement sa position sur le marché, elle a eu un impact négatif sur la rentabilité de la marque et de son réseau.

Le casse-tête du moteur Puretech pour Stellantis

Stellantis se trouve confronté à un problème majeur avec le moteur Puretech équipant plusieurs de ses marques, notamment Peugeot, Citroën, DS, et Opel. Des propriétaires de ces véhicules font face à des soucis graves, allant jusqu’à la rupture du moteur. La situation est telle que Stellantis a dû intervenir, proposant des dédommagements au cas par cas, sans pour autant reconnaître un problème de conception. L’exemple de Patricia et Arthur est édifiant : leur Peugeot 208 Style, achetée en 2021, a été signalée par Norauto pour un problème de courroie de distribution gonflée, nécessitant une intervention immédiate et coûteuse. Malgré les 18 000 € investis dans le véhicule et ses seulement 16 000 km au compteur, Stellantis n’a pas proposé d’arrangement immédiat.

Le moteur 1.2 Puretech turbo, bien qu’ayant remporté plusieurs fois le titre de « meilleur moteur de l’année », est désormais source d’inquiétude. Cette situation n’est pas sans rappeler les problèmes rencontrés par les moteurs Renault 1.2. Une alerte européenne a même été lancée en novembre 2020, concernant plus de 200 000 véhicules fabriqués entre mars 2013 et avril 2017. La Commission européenne a mis en évidence un risque lié à la pompe à vide, potentiellement endommagée par l’abrasion de la courroie de distribution, augmentant ainsi le risque d’accident. Malgré ce rappel, des véhicules fabriqués après 2017, comme celui de Patricia, continuent de présenter des problèmes. De plus, une action collective en justice est envisagée en France pour aborder cette problématique de façon plus globale. Ces incidents soulèvent des questions cruciales sur la fiabilité et la gestion des défauts par Stellantis, impactant directement la réputation et la confiance envers ses marques, notamment Peugeot.

L’espoir porté par la nouvelle 3008 électrique

En 2024, Peugeot mise beaucoup sur le lancement de sa nouvelle 3008 électrique. Ce modèle représente un espoir majeur pour la marque, non seulement pour revitaliser ses ventes, mais aussi pour répondre à une demande croissante de véhicules électriques. Avec cette nouvelle offre, Peugeot espère non seulement stabiliser sa position sur le marché français, mais aussi répondre à la concurrence grandissante de marques concurrentes, notamment chinoises.

La transition vers l’électrique est un virage crucial pour Peugeot, qui pourrait bien redéfinir son image et sa compétitivité sur le marché. La 3008 électrique devra donc relever le défi de séduire à la fois les fidèles de la marque et de nouveaux clients potentiels, dans un contexte où les options électriques sont de plus en plus nombreuses et variées.

Un tournant décisif pour Peugeot

En résumé, l’année 2023 a été une période de remise en question pour Peugeot. Confrontée à des défis logistiques, à une hausse des prix et à une concurrence accrue, la marque doit impérativement renouveler sa stratégie. La sortie de la 3008 électrique pourrait être le joker de Peugeot pour redresser la barre. Il reste à voir si cette nouveauté sera suffisante pour redynamiser la marque et lui permettre de regagner la confiance des consommateurs dans un marché automobile en constante évolution.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter