Actu voiture électrique

Aston Martin dit adieu à la propulsion avec ses voitures électriques

Philippe Moureau

Aston Martin, cette prestigieuse marque qui a ébloui le monde avec ses voitures dignes de James Bond, fait un bond futuriste, s’embarquant dans une aventure 100% électrique. Avec une alliance stratégique avec Lucid et un soutien financier significatif du gouvernement britannique, découvrez le secret bien gardé de leur prochaine percée énergétique !”

Une transformation vers le tout électrique

Innovation et luxe réunis dans un seul et même projet : Aston Martin n’est pas juste une marque. C’est un symbole, une icône de luxe et de puissance qui nous a souvent fait rêver au cinéma. Et aujourd’hui, leur engagement vers une future gamme entièrement électrique (BEV) d’ici 2030 se profile, mariant ce prestige historique avec les technologies de demain. Ce changement crucial dans leur production repose notamment sur une collaboration puissante avec la marque américaine Lucid, un autre titan des véhicules électriques, fournissant non seulement un composant de système d’entraînement arrière, mais également des modules de batterie et le logiciel nécessaire pour tout synchroniser.

Collaboration, tradition et révolution : Aston Martin ne s’arrête pas là, car il propose également une option de groupe motopropulseur électrifié (hybride) pour tous ses modèles d’ici 2026, le premier étant le Valhalla PHEV, dont la livraison est prévue pour l’année prochaine. Et c’est ici que l’aventure prend un tournant pour le moins intriguant. Un communiqué de presse assez discret nous révèle que le constructeur britannique travaille sur un système EV intégrant une batterie de traction de 800 volts et une motivation électrique à traction avant.

A lire également :  Ces conducteurs ont dit adieu à la voiture électrique pour revenir à l'essence : Voici leurs témoignages

9 millions de livres pour propulser Aston Martin vers l’avenir

Investissement monumental et avenir radieux : Grâce au Advanced Propulsion Centre (APC), Aston Martin a obtenu un financement de 9 millions de livres (environ 11 millions de dollars) du gouvernement britannique pour continuer à développer sa plateforme de véhicule électrique modulaire (BEV) sur mesure. C’est un engagement fort qui s’aligne avec leur promesse de convertir leurs moteurs à combustion interne en véhicules entièrement électriques, un projet qui a précédemment bénéficié d’un investissement de 2 milliards de livres (2,5 milliards de dollars) de leur part.

Projet collaboratif aux horizons élargis : Dirigeant un projet collaboratif en partenariat avec six autres entités, Aston Martin navigue vers des horizons technologiques inexplorés, visant à surmonter les défis techniques de développement d’une batterie de traction légère de 800V et d’une unité de propulsion électrique avant jumelée, intégrées dans une plateforme BEV modulaire adaptable, de la supercar au SUV, selon le communiqué.

Une traction avant en rupture avec les codes de l’ultra-luxe ?

Un pas audacieux et inattendu dans le monde du luxe : Pour un constructeur de voitures de luxe, opter pour une traction avant est rarement envisagé. Même Aston Martin a flirté avec cette idée en commercialisant une Toyota iQ relookée avec une traction avant dans les années 2010. Mais investir des millions dans une EV à traction avant haute performance est inédit… à moins que ce système soit utilisé pour une EV à quatre roues motrices, où l’unité de propulsion arrière fournie par Lucid fonctionnerait en tandem avec celle de l’avant et pourrait se déconnecter dans certains scénarios de conduite, ou soit partie intégrante d’un groupe motopropulseur hybride.

A lire également :  Voiture électrique : 1 borne de recharge sur 4 en panne juste avant les vacances d'été

Le futur hybridé de la mécanique britannique : Bien que le communiqué de presse ne le mentionne pas explicitement, la première variante semble la plus plausible ici, surtout lorsque l’on considère que Aston Martin a également conclu un accord avec Mercedes-Benz, qui fabrique des hybrides haute puissance. Utiliser une solution hybride déjà disponible plutôt que d’investir massivement dans une nouvelle approche, surtout étant donné qu’Aston compte majoritairement se débarrasser des voitures à combustion d’ici la fin de la décennie, semble être la route la plus sensée.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires