Actu voiture électrique

La guerre de l’électrique : les startups vont écraser les constructeurs historiques

Alexandra Dujonc

Tesla a ouvert la voie aux startups de véhicules électriques, mais les constructeurs historiques se lancent également dans la course. Qui remportera cette bataille électrique ? Découvrez une analyse exclusive de J.D. Power !

🔌 La révolution électrique en marche

De Tesla aux startups : Après l’abandon de la première véritable voiture électrique de grande série GM EV1 par General Motors en 2001, Tesla Motors a relevé le défi et a réussi à concevoir, fabriquer et commercialiser des véhicules électriques à batterie très prisés par les consommateurs. Pendant plus d’une décennie, Tesla a dominé le marché des startups des voitures électriques, tandis que Nissan a pris une position de leader chez les constructeurs historiques. Aujourd’hui, Tesla est non seulement le principal fournisseur de véhicules électriques aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, mais aussi la marque “premium” la plus vendue devant BMW, Mercedes et Audi, voitures thermiques inclues.

⚡ La concurrence s’intensifie

Les constructeurs historiques passent à l’action : Face à l’essor fulgurant de Tesla et aux préoccupations environnementales, les marques de luxe et les constructeurs grand public développent leurs propres véhicule électrique. La législation et les pressions gouvernementales ont également incité les constructeurs établis et les capital-risqueurs à investir dans de nouveaux modèles de véhicules électriques. Un nombre sans précédent de lancements de VE a eu lieu ces deux dernières années, et la tendance devrait se poursuivre.

A lire également :  De quoi sont faites les batteries des voitures électriques ? Des éléments surprenants révélés

💥 Le choc des titans : startups contre constructeurs historiques

Qui remportera la bataille ? Pour répondre à cette question, J.D. Power utilise un indice qui compare six facteurs clés pour mesurer la transition entre les véhicules à moteur à combustion interne et les véhicules électriques. Les données montrent des différences notables entre les startups et les constructeurs historiques, notamment en matière d’expérience de vente et de qualité initiale.

🚀 Les atouts des startups

Une expérience de vente supérieure : Les startups obtiennent de meilleurs résultats en matière de satisfaction à la vente. Elles peuvent se concentrer à 100% sur l’expérience de vente des véhicules électriques, contrairement aux vendeurs des constructeurs historiques qui doivent jongler entre les véhicules électriques et les véhicules à moteur thermique. De plus, les startups qui adoptent un modèle de vente directe au consommateur bénéficient d’une satisfaction accrue, car cette méthode élimine les négociations de prix.

🏭 Les forces des constructeurs historiques

Une qualité initiale supérieure : Les constructeurs historiques possèdent un avantage en matière de qualité de fabrication. En effet, les startups ont tendance à rencontrer des problèmes de finition, tels que des écarts de panneaux et des défauts de peinture, alors que les constructeurs établis ont des décennies d’expérience dans le développement et l’optimisation des processus de fabrication.

A lire également :  Google Maps révolutionne la recharge et les voyages en voiture électrique

🚗 Enthousiasme commun des clients

L’amour des véhicules électriques : Les clients des startups et des constructeurs historiques partagent un même enthousiasme pour leurs véhicules électriques. Ils apprécient le silence de conduite, l’accélération puissante, le design extérieur distinctif et l’espace intérieur spacieux des EV. En revanche, l’autonomie des véhicules électriques reste un sujet de préoccupation pour les propriétaires.

🔋 La clé du succès : autonomie et temps de recharge

Le facteur décisif : Les véhicules électriques avec une autonomie supérieure à 440 km bénéficient d’une confiance suffisante de la part du consommateur pour franchir le pas tandis que ceux avec une autonomie inférieure subissent clairement une désaffection. Toutefois, l’impact de l’autonomie sur la confiance se réduit clairement au delà de 500 km. Ce qui signifie qu’il n’y a plus besoin d’annoncer 500 à 600 km d’autonomie sur une voiture électrique pour qu’elle soit désirable. À mesure que l’infrastructure de recharge s’améliore et que le temps de recharge diminue, une autonomie plus élevée sera moins influente sur les valeurs résiduelles également. Néanmoins, une innovation majeure offrant une autonomie considérablement étendue ou un temps de recharge nettement réduit, qu’elle provienne d’une startup ou d’un constructeur historique, pourrait avoir un effet significatif sur la victoire dans le marché des véhicules électriques.

A lire également :  La voiture électrique à moins de 25 000 € de Ford est bientôt une réalité

La bataille entre les startups et les constructeurs historiques dans le domaine des véhicules électriques est loin d’être terminée. Les startups ont des avantages en matière d’expérience de vente, tandis que les constructeurs établis excellent dans la qualité initiale des véhicules. La clé du succès dans ce marché en pleine évolution pourrait bien résider dans l’autonomie et le temps de recharge des véhicules électriques. Les prochaines années s’annoncent passionnantes pour les acteurs de cette révolution automobile !

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires