Actu voiture électrique

Voici combien la Chine a dépensé pour en arriver là aujourd’hui avec la voiture électrique

François Zhang-Ming

La Chine a radicalement transformé son secteur automobile en misant massivement sur les véhicules électriques, un investissement qui a non seulement bouleversé le marché local mais aussi commencé à impacter sérieusement les marchés occidentaux. Dans une ère où la compétitivité technologique dicte les dynamiques économiques mondiales, cette stratégie a déclenché une série de mesures protectionnistes aux États-Unis et en Europe.

Un plongeon dans les chiffres vertigineux de l’investissement chinois

Parlons chiffres, car après tout, l’économie aime la précision. Selon un rapport du Center for Strategic and International en 2023, la Chine aurait injecté pas moins de 230,8 milliards de dollars dans son secteur des véhicules électriques entre 2009 et 2023. Ce montant astronomique illustre la détermination chinoise à dominer ce nouveau panorama industriel. L’augmentation massive des financements à partir de 2018 coïncide avec une accélération visible de son avance technologique et commerciale.

Les détails sont aussi importants que le tableau d’ensemble :

  • Annuellement, la Chine a dépensé environ 6,74 milliards de dollars entre 2009 et 2017, période initiale de structuration industrielle.
  • Triplement des dépenses entre 2018 et 2020, suivi d’une augmentation encore plus marquée après 2021.
  • Les incitations directes aux acheteurs, telles que des rabais et des exemptions de la taxe de vente, représentaient la majorité de ce soutien.
A lire également :  Les Etats-Unis préparent une voiture électrique à moins de 15 000 euros

Ainsi, ces chiffres révèlent non seulement la profondeur de l’engagement chinois, mais aussi un ajustement stratégique conforme aux évolutions du marché.

La course technologique : des investissements en R&D aux infrastructures

La stratégie d’investissement chinoise ne s’est pas contentée de stimuler les ventes; elle a embrassé la révolution des véhicules électriques à une échelle bien plus vaste. De l’infrastructure de recharge à la recherche et développement (R&D) en technologie des batteries, chaque aspect a été méticuleusement planifié :

  • Développement d’infrastructures : un financement gouvernemental massif destiné principalement aux bornes de chargement.
  • Programmes de R&D : essentiels pour soutenir les innovations des fabricants locaux tels que CATL, leader mondial des fabricants de batteries, qui a vu ses subventions s’élever à 809,2 millions de dollars en 2023.

Ces initiatives montrent que l’engagement de la Chine vis-à-vis des véhicules électriques dépasse largement la simple fabrication; elle vise une réelle transformation technologique et énergétique.

Impact global et défis internationaux

Le dynamisme chinois en matière de véhicules électriques ne se manifeste pas seulement à l’intérieur de ses frontières. L’expansion mondiale est en cours, ce qui a incité des réponses protectionnistes notablement accrues :

  • États-Unis : hausse spectaculaire des tarifs douaniers sur les évèques électriques chinois, passant de 27,5% à 100%.
  • Europe : augmentation des tarifs jusqu’à 38%, ce qui souligne une préoccupation quant aux subventions excessives dont bénéficient ces produits chinois à l’export.
A lire également :  Alfa Romeo Junior Veloce : 280 ch électriques pour dominer la concurrence

Cette résistance occidentale est révélatrice de l’impact disruptif de la stratégie chinoise, qui a non seulement pénétré mais aussi déstabilisé les pratiques commerciales traditionnelles dans le secteur automobile.

À travers ces manœuvres, la Chine ne remanie pas uniquement son propre paysage industriel mais redéfinit également les contours de la mobilité mondiale. Les produits chinois, loin d’être des copies de moindre qualité, rivalisent désormais sur le terrain de l’innovation avec les grandes marques historiques de l’automobile. Le commentaire de Scott Kennedy à propos de la compétitivité croissante des véhicules électriques chinois le souligne clairement : « Si les véhicules électriques chinois étaient de mauvaise qualité, ils ne représenteraient pas un défi sérieux pour les autres constructeurs mondiaux. »

En finalité, l’approche de la Chine vis-à-vis des véhicules électriques est bien plus qu’une politique industrielle; c’est une stratégie globale qui façonne le futur de la mobilité, tout en posant d’importants défis commerciaux et technologiques pour ses concurrents mondiaux. Les conséquences de ces investissements se feront sentir bien au-delà des routes chinoises, influençant la dynamique économique et environnementale mondiale.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires