La voiture électrique, ce virage qui va faire flamber les impôts

ParPhilippe Moureau 26 décembre 2023 à 6h55

La révolution de la voiture électrique marque une ère nouvelle dans le secteur automobile, sous l’impulsion de décisions audacieuses telles que l’interdiction de la vente de véhicules thermiques en Europe d’ici 2035. Cette transition, si elle promet une réduction significative des émissions polluantes, pose également un défi majeur : la compensation des pertes financières pour l’État français, traditionnellement nourries par les taxes sur les carburants.

Impact fiscal de la transition vers l’électrique

Le passage progressif aux véhicules électriques implique une diminution conséquente de la consommation de carburant, et par extension, des recettes fiscales associées. Un rapport de la Direction générale du Trésor révèle une projection alarmante : une perte estimée à 13 milliards d’euros d’ici 2030. Les taxes sur le carburant, représentant environ 60% de son prix, jouent un rôle crucial dans les finances publiques. Avec la transition écologique, ces revenus s’amenuisent, poussant à la recherche de nouvelles sources de financement.

Les taxes actuelles comprennent la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, la taxe sur la valeur ajoutée, et la taxe générale sur les activités polluantes. Ces taxes, bien qu’essentielles au budget de l’État, pèsent lourdement sur le pouvoir d’achat des Français, notamment pour ceux dépendant de leur véhicule pour le travail.

Des rencontres stratégiques pour un avenir vert

Face à cette équation complexe, le ministère de l’Économie et des Finances s’est mobilisé, réunissant économistes, ministres et figures influentes telles que Bill Gates pour débattre des voies possibles vers une économie verte. L’objectif affiché par Bruno le Maire est ambitieux : faire de la France la première économie verte d’Europe d’ici 2040.

La solution, semble-t-il, réside dans l’adoption massive du tout électrique, tout en trouvant des mécanismes pour contrebalancer les pertes fiscales. Actuellement, les taxes sur les carburants génèrent environ 41 milliards d’euros annuellement dont 18 milliards qui vont directement dans les poches de l’Etat, un montant qui souligne l’ampleur du défi financier posé par la transition écologique.

Recherche de solutions alternatives

Le gouvernement, conscient de la diminution des revenus issus des taxes sur le carburant, envisage plusieurs options. Il se pourrait que les incitations financières telles que le bonus écologique pour l’achat de voitures électriques soient réévaluées ou même supprimées.

La Taxe intérieure sur les Produits pétroliers, rebaptisée Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, laisse entrevoir une stratégie plus large. L’État pourrait envisager d’augmenter la fiscalité sur l’électricité ou d’autres sources d’énergie pour compenser ces pertes. Bien que rien ne soit officiel, il est probable que les milliards d’euros de recettes fiscales perdues soient récupérées par d’autres moyens fiscaux.

Ma transition vers les véhicules électriques en France et en Europe est un mouvement inévitable et nécessaire pour répondre aux enjeux climatiques. Cependant, cette transition pose de sérieux défis financiers pour l’État, qui doit repenser ses sources de revenus. La recherche de solutions durables et équitables sera cruciale pour assurer la réussite de cette transition écologique, tout en maintenant l’équilibre budgétaire nécessaire au fonctionnement de l’État.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

33 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter