Les voitures électriques sont-elles vraiment plus écologiques que les thermiques ?

ParPhilippe Moureau 28 janvier 2024 à 7h07

En pleine expansion, les véhicules électriques sont au cœur de débats animés, notamment en matière d’impact environnemental. Sont-elles vraiment plus vertueuses que les modèles thermiques ? Décortiquons ensemble ce sujet brûlant.

Un essor fulgurant pour la voiture électrique

Observons d’abord le paysage automobile actuel. Les ventes de voitures électriques ont explosé, avec une part de marché atteignant 20% en France sur la fin de l’année 2023, reflétant une tendance similaire au niveau européen. Un engouement qui s’explique notamment par les incitations gouvernementales, comme le bonus écologique pouvant atteindre 7.000 euros pour les foyers les plus modestes.

Par ailleurs, l’actualité récente nous informe que plusieurs gisement majeur de lithium ont été découverts, aussi bien en Chine qu’au Canada et aux Etats-Unis, élément crucial pour les batteries de ces véhicules. Ces développements renforcent la dynamique du secteur automobile électrique.

Le mythe de la pollution électrique

Le débat est vif : les voitures électriques seraient-elles finalement plus polluantes que les thermiques ?

Une idée souvent alimentée par la prise en compte du coût écologique de la fabrication des batteries. Pourtant, le cabinet Carbone 4, expert en stratégies bas carbone, apporte un éclairage scientifique à cette controverse. Son étude compare les émissions des véhicules électriques, hybrides et thermiques, prenant en compte l’ensemble du cycle de vie des voitures, de la production à la fin de vie, incluant le recyclage des batteries.

  • Construction : Il est vrai que la production d’une voiture électrique émet plus de CO2 que celle d’une thermique.
  • Usage : Cependant, cet écart est rapidement compensé par les économies réalisées lors de l’utilisation du véhicule. Carbone 4 révèle qu’il faut parcourir environ 30 à 40.000 km (soit 2 à 3 ans d’utilisation moyenne) pour que le bilan carbone d’une voiture électrique devienne meilleur que celui d’un modèle thermique.
  • Durée de vie : Sur l’ensemble de leur durée de vie (en moyenne 200.000 km), les voitures électriques émettent trois à quatre fois moins de CO2 que leurs homologues thermiques.

Le choix du mix énergétique pour la recharge joue également un rôle clé. Dans des pays comme la France, où le mix est moins carboné grâce au nucléaire, le bilan carbone des voitures électriques est encore plus favorable.

Exceptions et perspectives mondiales

Il est à noter que dans une vingtaine de pays, principalement en Afrique, au Moyen-Orient et en Inde ainsi que dans certains petits pays insulaires comme Cuba et Haïti, les voitures électriques présentent un bilan moins favorable en raison d’un mix électrique fortement carboné.

Néanmoins, la tendance mondiale à la décarbonation des mix électriques laisse présager une amélioration continue de l’empreinte écologique des voitures électriques.

Un point important à souligner est la montée en puissance des SUV électriques. Ces véhicules, malgré leur motorisation électrique, présentent un bilan carbone moins favorable en raison de leur poids et taille. Par exemple, une Audi e-tron (SUV électrique) a une empreinte carbone deux fois supérieure à une Volkswagen Up (modèle thermique de petit gabarit) sur une durée de vie de 150.000 km.

L’hybride : un compromis sous critique

Quant aux voitures hybrides, souvent perçues comme un compromis idéal, elles ne sont pas exemptes de critiques. Leur mode électrique est sous-utilisé, leur moteur thermique souvent moins performant, et leur double motorisation augmente la masse et la consommation du véhicule. En résultat, elles émettent seulement 21% de CO2 en moins par rapport aux thermiques, loin des objectifs de réduction de la France.

Ces données mettent en lumière l’avantage écologique indéniable des voitures électriques sur leurs homologues thermiques, malgré certaines nuances importantes à considérer. L’évolution des technologies et la transition énergétique mondiale ne feront qu’accentuer cette tendance.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter