Actu voiture électrique

Ce constructeur chinois se moque des taxes européennes et assure des prix cassés

Albert Lecoq

Imaginez un fabricant de voitures électriques qui, malgré des vents contraires sous forme de droits de douane accrus, persiste à déployer ses ambitions sur le vieux continent. Nio, géant automobile chinois, entre bientôt en scène en Europe avec sa marque Firefly, promettant de braver les nouvelles tarifications sans perdre en compétitivité. Ce mouvement audacieux mérite une observation minutieuse.

Nio et de sa sous-marque Firefly

Connu pour ses innovations et sa rapidité d’expansion, Nio est un constructeur fondé à Shanghai en 2014. Célèbre en Chine pour ses modèles performants tels que le Nio ET9, ce constructeur s’apprête à introduire en Europe sa nouvelle marque, Firefly. Déterminé à se faire une place malgré les obstacles réglementaires, Nio prévoit de lancer le modèle EL8, ciblant principalement les marchés européens dès le second trimestre de 2025.

Sa résilience face à l’augmentation prévue des droits de douane illustre, selon les déclarations de son PDG dans la presse spécialisée, une vision à long terme. Il semble considérer que le marché européen, proactif en matière d’énergies renouvelables, ne devrait pas freiner l’élan vers la mobilité électrique avec des mesures fiscales punitives.

A lire également :  Tesla va transformer votre voiture électrique en machine à gagner de l'argent : voici comment

Impact des droits de douane et contre-mesures de Nio

En réponse à des accusations de concurrence déloyale portées par la Commission Européenne, essentiellement en raison de subventions gouvernementales chinoises, un droit de douane de jusqu’à 38% sera appliqué sur les importations de véhicules électriques chinois. Nio, cependant, affronte directement cette tempête fiscale. L’entreprise prévoit de maintenir des tarifs compétitifs pour sa marque Firefly, malgré des coûts imposés à l’importation fixés à 31%.

La firme est prête à revoir sa stratégie tarifaire en rognant sur ses marges, et aussi envisage potentiellement une fabrication européenne. William Li, PDG de Nio, a exprimé l’intention d’examiner la production locale une fois un volume de ventes annuel de 100 000 unités atteint. Les prix initiaux des modèles de Firefly devraient osciller entre 12 900 et 25 700 euros, en dépit des frais d’importation supplémentaires.

Prospective sur les lancements de véhicules et réactions du marché

La marque prévoit de lancer tout d’abord son modèle en Chine fin 2024 avant de s’attaquer au marché européen, avec des premières livraisons prévues en 2025. Concrètement, les détails concernant les premiers modèles, comme une citadine équipée du système d’échange de batteries de Nio, demeurent peu clairs. Toutefois, le lancement de la marque Onvo, avec le SUV électrique L60 prévu également pour l’Europe, signale un élargissement inévitable du portefeuille de Nio sur notre continent.

A lire également :  Voici comment l'Afrique se convertit à la mobilité électrique, pas à pas

La réaction des consommateurs européens reste à surveiller de près. Alors que Nio mise sur une stratégie de prix agressive et une propulsion technologique avancée, l’acceptation du marché pourrait dépendre fortement de la réaction des clients aux prix ajustés post-tarifs douaniers et à l’expérience distinctive que proposent les véhicules Nio.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires