Actu voiture électrique

Pourquoi certaines voitures électriques consomment-elles plus que d’autres ? On vous éclaire !

Philippe Moureau

Embarquons aujourd’hui dans une exploration détaillée d’un élément clé de la voiture électrique. Au-delà de la simple capacité de la batterie, l’efficacité d’une voiture électrique est une symphonie complexe de divers facteurs essentiels.

L’efficacité, clé de voûte des voitures électriques

Les voitures électriques se distinguent par leur efficacité remarquable comparée aux véhicules à combustion interne. Alors que ces derniers convertissent seulement 16 à 25 % de l’énergie du carburant en mouvement au sol (et de 5 à 10% de la chaleur pour chauffer l’habitacle en hiver), les véhicules électriques, eux, atteignent une efficacité de 65 à 69 % de transmission une fois au sol, qui peut même monter jusqu’à 91 % grâce au freinage régénératif. Cette efficacité supérieure s’explique par plusieurs facteurs.

La simplification de la chaîne de transmission d’énergie, de la batterie au moteur électrique, réduit les pertes d’énergie. Contrairement aux véhicules traditionnels, les voitures électriques n’ont pas de processus de combustion générant des pertes thermiques significatives. Enfin, leur capacité unique à récupérer l’énergie lors du freinage est un avantage majeur.

L’aérodynamisme et le poids : des facteurs décisifs

L’aérodynamisme joue un rôle crucial dans l’efficacité des voitures électriques. Un design aérodynamique peut augmenter considérablement l’efficience et donc l’autonomie, c’est quelque chose de logique que l’on avait oublié avec la plupart des véhicules thermiques, dont la consommation finale de carburant ne doublait pas juste à cause d’un simple design qui freinait l’air.

A lire également :  En France, la voiture électrique va bientôt moins polluer : voici comment

La dernière Tesla Model 3 2024 en est l’exemple, en passant de 491 km homologués sur le cycle WLTP à 513 km, soit un gain de 22 km essentiellement par un changement aérodynamique et de pneus plus modernes, sans pour autant améliorer ni la batterie, ni le moteur.

La réduction du poids grâce à l’utilisation de matériaux légers et à une conception optimisée permet de réduire la résistance au roulement et d’améliorer l’efficacité. Les véhicules électriques sont voués à être plus lourd, de fait par le stockage de l’énergie qui se fait par le biais d’une batterie pesant généralement dans les 450 à 550 kg contre une cinquantaine de kg de carburant.

Performance et autonomie : un équilibre possible

Une voiture électrique performante ne sacrifie pas nécessairement son autonomie. L’exemple de la dernière mouture de la Volkswagen ID.4 2024 par exemple illustre parfaitement ce point. Malgré une augmentation de puissance en passant de 204 à 286 chevaux, son efficacité s’est améliorée grâce à de meilleurs systèmes thermiques et un moteur électrique plus moderne.

Il est donc possible d’allier plaisir de conduite et autonomie respectable. Les moteurs électriques plus puissants et efficaces, ainsi que les configurations à deux moteurs, offrent un meilleur équilibre entre efficacité et performance.

A lire également :  La voiture électrique qui se recharge en 10 minutes arrive bientôt en France

Construire une voiture électrique à longue autonomie

Le développement d’une voiture électrique à grande autonomie nécessite un équilibre entre aérodynamisme, poids, choix des pneus, efficacité des composants haute tension et structure de la batterie.

Le design global, l’intégration des composants et l’interaction entre les différents éléments jouent un rôle crucial pour créer un véhicule efficient et performant.

Comme nous venons de le voir, l’efficacité des voitures électriques ne se limite pas à leur chaîne cinématique. L’aérodynamisme, par exemple, est un facteur prépondérant. Des études comme celle de la Mercedes-Benz EQXX montrent que 62 % des pertes d’autonomie proviennent de la résistance aérodynamique. Cela souligne l’importance d’un design profilé pour une meilleure efficacité. En parallèle, la réduction du poids joue également un rôle important. En utilisant des matériaux légers et en optimisant la construction, les constructeurs peuvent réduire la résistance au roulement et améliorer l’efficience.

Concernant la performance, il est intéressant de noter qu’une voiture électrique puissante ne signifie pas forcément une réduction de l’autonomie. Avec les dernières améliorations technologiques, qui sont à l’heure actuelle très rapides, on peut voir sur un même modèle de voiture électrique une augmentation de sa puissance et de l’autonomie en même temps sans pour autant modifier la batterie.

A lire également :  Pour la première fois, un constructeur chinois relègue Mercedes et BMW aux oubliettes
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires