Actu voiture électrique

Son SUV électrique prend un coup de portière : il part direct à la casse

Albert Lecoq

Imaginez un moment : vous venez d’acquérir un tout nouveau SUV Fisker Ocean, un véhicule qui représente un investissement significatif, tant sur le plan financier qu’écologique. Et puis un jour, un simple coup de portière un peu virulent, un incident mineur et voilà que votre SUV flambant neuf se voit destiné à la casse. Cela vous semble-t-il exagéré ? Eh bien, c’est précisément ce qui est arrivé à une personne récemment. Entrons dans les détails de cette histoire qui met en lumière le potentiel système de gestion des accidents par les assurances et les constructeurs en difficulté.

Le malheur frappe à la portière d’un Fisker Ocean

Le 15 mars, alors qu’elle conduisait tranquillement son SUV électrique, Joy Wanner a été très légèrement percutée par un autre véhicule à allure lente, causant des dégâts apparemment superficiels à la portière de son Fisker Ocean. Ce genre d’accident, loin d’être dramatique sur le papier, a cependant marqué le début d’une épreuve surprenante pour la propriétaire.

Le choc, bien que léger, avait laissé quelques éraflures sur la carrosserie. Un expert envoyé par son assurance évaluait les réparations à 848 euros (910 dollars) pour le remplacement de la portière. Une somme raisonnable, mais qui a pris une tournure inattendue quand, quelques semaines plus tard, un camion remorque est arrivé pour emporter le SUV électrique presque neuf à la casse. La raison ? Une inaccessibilité totale à la pièce de remplacement nécessaire à cause de la mise en faillite du constructeur.

A lire également :  Tesla Model Y "Juniper" : voici tout ce que nous savons

Une décision radicale de l’assurance

La décision de l’assurance semble dure à digérer : un véhicule presque neuf, mis au rebut pour un coup sur la portière. Comment cela est-il justifiable ? Selon l’agent d’assurance en charge du dossier, le nœud du problème résidait dans l’impossibilité de se procurer la pièce endommagée, le constructeur Fisker étant en faillite et ne pouvant fournir les composants nécessaires vu que la production a été arrêtée.

Face à cette impasse, l’assurance a préféré offrir à Joy Wanner un remboursement de 49 700 euros, représentant la valeur presque intacte de la voiture. Une solution qui semble généreuse, mais qui pose question : est-il normal qu’un véhicule neuf soit déclaré irréparable pour si peu, même dans un contexte de pénurie de pièces ?

La frustration de Joy Wanner est palpable, pas uniquement en raison de la perte soudaine de son véhicule, mais également du fait des nombreux problèmes qu’elle avait rencontrés avec ce modèle. Des bugs du système de navigation aux dysfonctionnements de la clé, sans oublier un incident où elle avait été temporairement enfermée à l’intérieur en raison d’un souci technique.

Quand l'assurance transforme un SUV électrique quasiment ne

Les implications pour les propriétaires de véhicules électriques

Cette histoire soulève plusieurs interrogations importantes pour les propriétaires de véhicules électriques, spécialement ceux issus de constructeurs confrontés à des défis économiques ou logistiques :

  • La dépendance aux pièces spécifiques et souvent rares peut rendre les réparations compliquées et coûteuses.
  • Les assurances pourraient-elles adopter des politiques de remplacement plutôt que de réparation pour minimiser les complications ?
  • Quelle est la véritable durabilité et réparabilité des véhicules électriques modernes en cas d’accidents mineurs ?
A lire également :  Tesla : Pourquoi la diminution des ventes est en fait une excellente nouvelle

L’expérience de Joy Wanner met en lumière un potentiel réel de voir son investissement réduit à néant, non pas par un usage inadapté ou un accident grave, mais par une chaîne d’approvisionnement déficiente et des décisions d’assurance pragmatiques mais brutales.

Alors que la transition vers l’électrique s’accélère, ces questions doivent être adressées tant par les consommateurs que les constructeurs et les compagnies d’assurance. Assurer suffisamment de ressources pour le service après-vente et la gestion des accidents est essentiel pour accompagner de manière fiable et durable le boom des véhicules électriques.

L’affaire de Joy Wanner n’est sans doute pas un cas isolé mais elle doit servir de signal d’alarme pour tous les acteurs de l’industrie automobile électrique. La confiance des usagers, déjà mise à l’épreuve par des obstacles techniques, ne doit pas être entachée par une gestion hasardeuse des problèmes de maintenance et de réparation. Cet incident nous rappelle l’importance de considérer chaque aspect de l’écosystème des véhicules électriques, depuis leur conception jusqu’à leur entretien et au-delà.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires