Actu voiture électrique

Toyota a raté le virage de la voiture électrique à cause d’une grossière erreur

Philippe Moureau

L’histoire de Toyota avec l’électromobilité révèle une aventure pleine de paradoxes. Connu comme le pionnier incontesté de la technologie hybride grâce à son emblématique Prius lancée en 1997, le géant japonais a semblé marcher à contrecœur vers l’ère de la voiture électrique. Derrière cette hésitation, un calcul erroné concernant le lithium, l’or blanc des véhicules électriques, a joué un rôle crucial.

Le leadership hybride n’équivaut pas à un succès électrique

Malgré son triomphe dans le monde de l’hybride, Toyota a longuement hésité à embrasser pleinement l’électrique, une réticence en partie due à une appréhension vis-à-vis des réserves de lithium. Cette inquiétude s’est avérée infondée mais a considérablement influencé la stratégie de l’entreprise.

À l’époque où le monde automobile commence à se peupler de plus en plus de véhicules électriques, Toyota semble enfin accélérer son engagement vers l’électrique, investissant notamment dans la technologie prometteuse des batteries solides. Mais ce changement d’orientation arrive après que de nombreux concurrents aient pris de l’avance dans ce domaine.

Les fondements d’une erreur stratégique

La prudence de Toyota s’est cristallisée autour de la peur d’une pénurie de lithium, un métal essentiel pour les batteries des voitures électriques. Cette crainte était basée sur une estimation selon laquelle l’extraction et la mise en exploitation de nouvelles mines de lithium pourraient prendre jusqu’à 16 ans, une durée incompatible avec l’accélération attendue du marché des véhicules électriques.

A lire également :  Le scandale de l'Alfa Romeo Milano : l'Italie rejette à 100% cette voiture électrique illégale

En réponse, Toyota a élaboré la théorie du « 1:6:90 », affirmant qu’une quantité de lithium destinée à une batterie de voiture électrique pourrait équiper six hybrides rechargeables ou 90 hybrides traditionnels. Cette stratégie visait à maximiser la réduction des émissions de CO2 compte tenu des ressources disponibles. Toutefois, cette approche sous-estimait grandement les réserves de lithium et les progrès techniques permettant de les exploiter.

Une vision du lithium contredite par les faits

Contrairement aux prévisions de Toyota, les réserves de lithium sont loin de s’épuiser. La découverte de nouveaux gisements, y compris aux États-Unis et en Belgique, ainsi que l’amélioration des techniques d’extraction et de raffinage, ont considérablement amélioré les perspectives d’approvisionnement en lithium.

Ces avancées, couplées à des procédés de recyclage efficaces, ont non seulement garanti une source stable pour l’industrie des véhicules électriques mais ont également contribué à réduire les coûts des batteries, rendant les voitures électriques plus accessibles.

Le recyclage des batteries émerge comme un élément clé pour soutenir la transition vers l’électromobilité tout en atténuant les pressions sur l’extraction de nouveaux matériaux. Ce processus, déjà en place, promet de réduire encore plus la dépendance aux extractions minérales, contribuant à une économie plus circulaire dans le secteur automobile.

A lire également :  Google Maps révolutionne la recharge et les voyages en voiture électrique

Vers un futur plus vert et plus rationnel

L’épisode de Toyota rappelle l’importance de baser les décisions stratégiques sur des données précises et actualisées, surtout dans un domaine aussi dynamique que celui de l’automobile électrique. La quête d’alternatives plus vertes nous pousse vers des innovations constantes, notamment en termes de batteries plus légères et à recharge rapide, privilégiant l’efficacité et la durabilité.

Des constructeurs comme Ford et Renault semblent déjà aligner leur vision avec ces principes, suggérant un avenir où les véhicules électriques seront non seulement plus abordables mais également plus respectueux de notre planète. Toyota, avec son expertise reconnue et ses ressources considérables, a tout pour jouer un rôle majeur dans cette transition, à condition d’embrasser pleinement les opportunités de l’électromobilité.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires