Un constructeur de voitures électriques de plus fait naufrage : 40 000 commandes annulées

ParPhilippe Moureau 4 avril 2024 à 16h48

La route vers le succès dans le secteur des véhicules électriques est semée d’embûches, et Fisker Inc. en est un exemple flagrant. Récemment, un événement a secoué les fondations mêmes de cette entreprise ambitieuse : l’annulation massive de réservations pour son modèle phare, l’Ocean. Un coup dur pour ce constructeur qui visait à redéfinir la mobilité électrique.

Une marée montante d’annulations

Depuis novembre 2019, Fisker semblait naviguer sur une vague de succès avec environ 70 000 précommandes enregistrées pour son SUV électrique, l’Ocean. Cependant, les eaux se sont rapidement agitées, révélant les vulnérabilités de l’entreprise face à des défis croissants. À ce jour, 40 000 clients ont choisi d’annuler leur réservation, ce qui représente près de 60 % des engagements initiaux. Ces annulations massives ont contraint Fisker à envisager le remboursement de quelque 9 millions de dollars, un montant non négligeable qui met en lumière les turbulences financières auxquelles l’entreprise doit faire face.

Les clients, initialement séduits par la promesse d’un véhicule électrique innovant et performant, se sont retrouvés désenchantés, poussés par une série de revers rencontrés par Fisker. Les raisons de cette désaffection sont multiples, allant de retards de production à des problèmes de qualité signalés sur les premières unités livrées.

Les implications financières d’un océan de remboursements

Chaque réservation de l’Ocean était accompagnée d’un dépôt de 250 dollars, conçu pour être entièrement remboursable. Cet engagement de remboursement, bien qu’apparemment anodin au premier abord, représente aujourd’hui une charge financière lourde pour Fisker. L’avalanche d’annulations a ainsi mis en exergue les défis financiers auxquels est confrontée l’entreprise, avec des obligations de remboursement s’élevant à des millions de dollars.

En dépit des acomptes initiaux non remboursables de 5 000 dollars pour certains clients plus avancés dans le processus d’achat, l’impact financier de ces annulations est aggravé par les frais de transport à la charge de l’entreprise pour les véhicules déjà en cours de livraison. Cette situation, loin d’être un simple contretemps, illustre la fragilité de la trésorerie de Fisker et soulève des questions sur sa viabilité à long terme.

Une tempête parfaite : qualité en question et avenir incertain

La tempête ne se limite pas aux aspects financiers. Fisker fait également face à des critiques concernant la qualité de l’Ocean. Avec seulement 6 000 unités livrées à ce jour, les défauts signalés par les premiers utilisateurs ont terni la réputation de la marque, contribuant ainsi à la défiance croissante des consommateurs. Cette situation est d’autant plus préoccupante que les discussions potentielles avec d’autres constructeurs, telles que Nissan, pour sécuriser l’avenir de l’entreprise, ont été abandonnées.

L’ensemble de ces éléments dessine un tableau sombre pour Fisker, illustrant les défis inhérents au secteur des véhicules électriques et soulignant l’importance cruciale de la confiance des consommateurs. Pour une entreprise qui ambitionnait de rivaliser avec des géants comme Tesla, les récents événements marquent un sérieux coup d’arrêt.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter