Actu voiture électrique

Adieu lithium : la première voiture électrique révolutionnaire qui a surpris tout le monde

Philippe Moureau

Un vent nouveau souffle sur l’industrie automobile avec la récente présentation de la voiture électrique Sihao Flower Fairy. Cette dernière se distingue par une batterie sans aucun métaux rares et sans aucune trace de lithium. Pourquoi est-ce révolutionnaire ? Que signifie ce changement pour les conducteurs et l’industrie dans son ensemble ? Plongeons dans cette évolution qui pourrait redéfinir les véhicules électriques.

Une innovation venue d’ailleurs

Tout droit venue de Chine, la Sihao Flower Fairy aurait pu passer inaperçue en Europe. Mais elle a un atout majeur : c’est le tout premier véhicule électrique équipé d’une batterie au sodium. Hina Battery, une entreprise encore méconnue, en est le fournisseur, et non CATL, le géant chinois souvent associé à cette technologie.

La Flower Fairy n’est pas un modèle complètement inédit. Lancée en 2021, elle était auparavant équipée d’une batterie LFP traditionnelle. Cependant, avec cette nouvelle batterie au sodium, elle se place à la pointe de l’innovation et pourrait bien révolutionner le marché.

Des performances qui évoluent

La Flower Fairy se dote d’une batterie d’une capacité de 25 kWh avec une densité de 120 Wh/kg. Si ce chiffre peut sembler modeste, il faut le mettre en perspective : la densité énergétique représente le rapport entre capacité et poids. Plus elle est élevée, plus la batterie est performante. Cela dit, cette batterie permet au véhicule de parcourir jusqu’à 252 kilomètres en une seule charge sur le cycle d’homologation chinois CLTC, soit entre 150 et 200 km WLTP. C’est peu, mais on en est encore qu’aux balbutiements de cette nouvelle technologie. Souvenez-vous des premières voitures électriques à batterie au lithium il y a encore une dizaine d’années qui ne dépassaient pas les 150 km d’autonomie !

A lire également :  Les géants chinois réalisent ce qu'Apple n'a jamais pu faire : la voiture électrique du futur

La recharge n’est pas en reste. Compatible avec une charge rapide, la Flower Fairy peut récupérer la quasi totalité de sa capacité en seulement 42 minutes. La technologie vise cependant rapidement une recharge de 10 à 80% en moins de 15 minutes. C’est actuellement une vitesse de recharge similaire au batteries lithium plus classiques, mais avec les récentes avancées, cela pourrait réduire l’une des principales réticences à l’achat d’une voiture électrique : le temps de recharge.

Batterie au sodium : une révolution ?

Mais alors, pourquoi cette technologie fait-elle autant parler d’elle ? La batterie au sodium présente de nombreux avantages. Elle n’utilise pas de lithium, un matériau dont la fabrication est polluante, ni de métaux rares comme le cobalt et le nickel, coûteux et entouré de préoccupations éthiques. De plus, sa production serait moins chère de 20 % que celle des batteries LFP.

Ces coûts réduits pourraient entraîner une baisse des prix des voitures électriques. Cependant, la densité moindre des batteries au sodium pourrait réduire l’autonomie. Toutefois, cela est contrebalancé par des temps de charge potentiellement plus courts.

Et demain ?

L’arrivée de la batterie au sodium est prometteuse. Si elle peut actuellement équiper de petites voitures comme la Sihao Flower Fairy déjà disponible à la commande en Chine, il sera intéressant de voir si cette technologie peut s’étendre à des modèles plus grands ou plus puissants.

A lire également :  Tesla a discrètement bénéficié de l'aide de Volkswagen pour dominer le marché

Ce qui est certain, c’est que l’industrie automobile est en constante évolution. Aujourd’hui, c’est la batterie au sodium qui fait parler d’elle. Demain, ce sera peut-être une autre innovation. Mais une chose est sûre : le futur de la mobilité s’annonce passionnant.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

22 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires