Actu voiture électrique

Ceux qui n’aiment pas la voiture électrique sont ceux qui ne la connaissent pas

Philippe Moureau

Une récente étude menée par le Collectif Mobilité auprès des habitants d’Île-de-France offre un éclairage fascinant sur l’acceptation et les perspectives des voitures électriques dans la région. Bien que l’étude cible spécifiquement les Franciliens, ses conclusions offrent des tendances précieuses pouvant être extrapolés à l’ensemble de la France, voire au-delà.

Perceptions et projets d’achat face aux véhicules électriques

L’enquête, réalisée auprès de 2799 personnes, révèle une conscience collective sur la nécessité de réduire l’usage des voitures en général, malgré une intention affichée par 61 % des sondés de maintenir leurs habitudes de déplacement. Cette dualité souligne l’ambivalence des consommateurs face au changement, même en contexte de prise de conscience environnementale.

L’attrait pour les véhicules électriques se heurte à des réalités économiques et pratiques. En effet, environ 40 % des personnes interrogées envisagent de changer de voiture dans les cinq prochaines années, mais se trouvent confrontées à une indécision marquée, avec le prix comme principal frein. Il est notable que près de 70 % des acheteurs potentiels disposent d’un budget inférieur à 25.000 €, un montant souvent insuffisant pour l’acquisition d’une voiture électrique neuve.

A lire également :  Faut-il avoir peur des voitures électriques ?

Le dilemme hybride rechargeable

Curieusement, l’étude montre une préférence pour les hybrides rechargeables, malgré leur coût relativement élevé. Cette tendance traduit une quête de compromis entre les avantages des moteurs thermiques et électriques, reflétant l’indécision des consommateurs et leur désir d’une solution “idéale”.

Cela souligne une méconnaissance ou une réticence envers les voitures électriques pures, perçues comme onéreuses, difficiles à recharger et insuffisamment adaptées à tous les besoins.

Impact de la connaissance sur l’acceptation des voitures électriques

Le volet le plus révélateur de l’enquête concerne l’impact direct de la familiarité avec les voitures électriques sur leur acceptation. Parmi les participants, 66 % sont considérés comme novices, n’ayant qu’une connaissance théorique de ces véhicules, et seulement 4 % sont des experts les utilisant au quotidien. Les résultats montrent des attitudes divergentes : tandis que les “experts” sont largement en faveur de l’accélération de la transition vers l’électrique, les “novices” s’y montrent nettement réfractaires.

Cette réticence s’accroît avec l’âge et la distance par rapport à Paris, soulignant une corrélation entre la dépendance à la voiture pour les déplacements et le scepticisme envers l’électrique. Cette tendance met en lumière un enjeu crucial : l’importance de l’éducation et de l’expérience directe dans la démystification des voitures électriques et la promotion de leur adoption.

A lire également :  Le roadster électrique sportif "abordable" de MG arrive enfin en Europe

Une étude qui reflète l’état actuel du marché

L’étude du Collectif Mobilité révèle des insights précieux sur la complexité des perceptions entourant les voitures électriques. Elle met en évidence le rôle central de la connaissance et de l’expérience dans l’acceptation de cette technologie. Pour surmonter les barrières à l’adoption, il est essentiel d’aborder les préoccupations pratiques et économiques des consommateurs tout en renforçant les initiatives d’éducation et d’essai. Cela implique un travail conjoint des constructeurs, des pouvoirs publics et des acteurs de la mobilité pour clarifier les avantages, réduire les coûts et améliorer l’infrastructure de recharge, afin de rendre les voitures électriques une option viable pour le plus grand nombre.

Source : Collectif Mobilités

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires