Actu voiture électrique

En Allemagne, la voiture thermique reste reine et résiste aux changements

Albert Lecoq

Alors que Paris redouble d’efforts pour donner plus d’espace aux vélos et limiter la présence des SUV, Berlin emprunte un chemin radicalement différent. Dans la capitale allemande, la voiture reste reine notamment avec une majorité de véhicules thermiques et le gouvernement conservateur en place semble engagé dans une véritable guerre culturelle opposant automobilistes et cyclistes, où les premiers ont indéniablement l’avantage.

Berlin à contre-courant : une résistance aux changements verts

Contrairement à des villes comme Hanovre ou Tübingen, qui développent activement leur infrastructure cyclable, Berlin se montre réticente à suivre cet exemple.

Hanovre, reconnue pour son réseau étendu de pistes cyclables et ses journées sans voiture, illustre l’opposition marquée de la capitale allemande envers une politique de mobilité plus verte. D’autres villes européennes envisagent d’imiter Paris en augmentant les frais de stationnement pour les SUV, en réponse à leur popularité croissante. Cependant, la réaction de Berlin, sous la direction de Kai Wegner du CDU, est claire : aucune hausse des tarifs de stationnement pour les SUV ni de nouvelles réglementations pour leurs propriétaires ne sont prévues.

Cette position est cohérente avec la ligne adoptée par Wegner durant sa campagne, promouvant un Berlin inclusif où la voiture conserve sa place. Suite à l’élection de son parti, une révocation systématique des projets de transport écologique initiés par les prédécesseurs de gauche a été entreprise. Les projets d’infrastructure cyclable menaçant les voies et espaces de stationnement existants ont été suspendus, tout comme la piétonnisation de la Friedrichstrasse, malgré les avantages potentiels d’une telle transformation pour les habitants et les visiteurs.

A lire également :  BMW casse les prix : roulez en électrique à moins de 40 000 euros

Les implications d’une politique pro-voiture

La rhétorique du CDU résonne avec un discours européen plus large, arguant que les réseaux cyclables et les zones piétonnes désavantagent les classes ouvrières dépendantes de l’automobile pour leurs déplacements quotidiens. Cette vision contraste avec celle de Paris, où les exemptions de frais de stationnement pour les SUV sont envisagées pour les travailleurs pendulaires.

L’opposition à cette politique pro-voiture s’est notamment cristallisée autour de l’extension prévue de l’autoroute A100 à travers Berlin, menaçant environ 30 clubs et lieux culturels. Cette initiative, vivement contestée par les activistes soucieux de préserver le patrimoine culturel de la ville et d’éviter une augmentation du trafic automobile, montre la complexité des enjeux liés à l’aménagement urbain et à la mobilité.

Berlin compte actuellement 1.23 million de voitures immatriculées, avec une augmentation annuelle d’environ 10 000 véhicules. La ville détient le triste record de la plus polluée d’Allemagne, bien que la majorité de ses habitants préfèrent d’autres modes de transport. Une enquête de 2018 révélait que seulement 23% des trajets quotidiens étaient effectués en voiture privée, contre 27% en transports en commun, 31% à pied et 18% à vélo. L’intérêt pour le cyclisme a même augmenté après la pandémie, renforçant l’argument en faveur d’une ville plus verte et moins dépendante de l’automobile.

A lire également :  Une voiture électrique qui fait du bruit avec une boîte manuelle : BMW va à contre-sens

Les tensions entre cyclistes et automobilistes ont également augmenté, avec un reportage d’ExBerliner faisant état d’une hausse des violences à l’égard des cyclistes. Ce climat de confrontation souligne la nécessité de repenser la cohabitation des différents modes de transport dans l’espace urbain, pour un avenir plus durable et inclusif.

La situation à Berlin met en lumière les défis auxquels les grandes villes sont confrontées dans leur transition vers une mobilité plus durable. Alors que certaines métropoles embrassent le changement, d’autres, comme Berlin, semblent résister, illustrant la complexité des enjeux politiques, économiques et sociaux liés à la transformation de nos modes de vie urbains. La voie vers un avenir moins dépendant de l’automobile est semée d’embûches, mais elle est cruciale pour répondre aux défis environnementaux actuels et futurs.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires