Actu voiture électrique

En France, la voiture électrique est plus écologique que l’essence dès la première année

Albert Lecoq

Dans la lutte contre le changement climatique, les voitures électriques sont souvent présentées comme une alternative plus propre aux véhicules thermiques. Malgré des débats persistants sur leur efficacité écologique globale, les dernières études montrent un avantage net des véhicules électriques sur le plan des émissions sur leur cycle de vie complet. Examinons de plus près ces données et comprenons pourquoi la voiture électrique est aujourd’hui un choix environnemental stratégique.

Émissions de CO2 : les véhicules électriques surpassent rapidement les thermiques

La production d’une voiture électrique génère initialement plus de CO2, principalement en raison de la fabrication des batteries. Cependant, cette “dette carbone” est compensée au fil de l’utilisation du véhicule grâce à l’absence d’émissions directes. Selon une étude récente de Bloomberg, voici le nombre de kilomètres nécessaire pour qu’une voiture électrique atteigne la parité carbone avec une voiture thermique dans différents pays :

  • États-Unis : environ 40 000 km, soit environ un peu plus de 2 ans
  • Royaume-Uni : environ 50 000 km, soit 4 ans
  • Allemagne : environ 60 000 km, soit 5 ans
  • Chine : près de 120 000 km, soit environ 10 ans
A lire également :  Voici ce qui va arriver à la voiture électrique d'ici 2030

En France, les données d’EDF montrent une intensité carbone moyenne de l’électricité extrêmement faible qui place la France parmi les pays les plus performants en termes de rapidité d’amortissement de la dette carbone des véhicules électriques. Si on se base sur les chiffres de production d’électricité par EDF avec des émissions de CO² qui s’établissent à 20 g / kWh selon les derniers chiffres communiqués en 2022, la parité est atteinte en seulement 10 000 km soit dès la première année.

Le cas spécifique de la Chine : un géant aux deux visages

La Chine, acteur majeur dans la production mondiale de voitures électriques, présente un cas intéressant. Malgré une forte dépendance au charbon dans son mix énergétique actuel, le pays est en transition vers des sources d’énergie plus propres. Les projections de BloombergNEF indiquent que la Chine pourrait atteindre 83 % d’électricité non carbonée d’ici 2040, avec une réduction drastique de la part du charbon.

En parallèle, les mini véhicules électriques en Chine illustrent une adaptation locale prometteuse. Ces véhicules, qui représentent plus de 10 % des ventes de voitures électriques en Chine, ont une batterie moyenne de 17 kWh. Comparés à un modèle comme la Tesla Model Y, ils permettent de réduire de près de 80 % les émissions liées à la fabrication de la batterie et de plus de 30 % celles liées à l’utilisation.

A lire également :  La voiture hybride rechargeable révélée comme le pire désastre écologique : l'Europe sonne l'alarme

La France : un leader dans l’utilisation d’électricité propre

La France bénéficie d’une électricité particulièrement décarbonée, principalement grâce à son fort taux de nucléaire qui représente la grande majorité de sa production totale. Selon les données d’EDF, seulement 20 gCO2 sont émis par kWh produit, plaçant ainsi la France en tête des pays européens pour la recharge propre des véhicules électriques avec environ 96 % de l’électricité produite décarbonée.

Cela signifie qu’en France, une voiture électrique pourrait théoriquement atteindre la parité carbone avec un véhicule thermique en moins de 10 000 kilomètres.

Technologies futures et intégration énergétique

Le développement de technologies telles que le V2G, le V2H et le V2L transforme les véhicules électriques en acteurs clés de la gestion énergétique. En France, l’adoption de solutions d’autoconsommation solaire permettrait aux propriétaires de véhicules électriques de charger leurs autos avec une énergie 100 % renouvelable et produite localement sans dépendre d’un réseau externe, réduisant ainsi davantage les émissions de CO2.

Les innovations technologiques et les politiques incitatives continuent de façonner un avenir où les véhicules électriques jouent un rôle central dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en offrant une alternative viable aux véhicules thermiques traditionnels. À mesure que le secteur évolue, il est clair que les voitures électriques ne sont pas seulement une alternative plus écologique, mais un élément essentiel d’un futur durable et décarboné.

A lire également :  Face à BYD, Nissan et Honda s'allient : La réponse japonaise à la domination chinoise
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires