Actu voiture électrique

Mauvaise nouvelle pour BMW à cause des taxes imposées par l’Europe envers la Chine

Albert Lecoq

La transformation automobile mondiale soulève de nouvelles questions économiques, notamment celles liées aux decisions tarifaires et aux changements de production. Prenez le cas spécifique de Mini, société appartenant à BMW, dont les modèles électriques, Cooper et Aceman, sont directement impactés par une politique douanière européenne stricte. Cette situation pourrait se traduire par une augmentation sensible des prix pour les consommateurs.

Les défis douaniers des Mini électriques en Europe

Produites actuellement en Chine, les Mini Cooper et Mini Aceman sont au cœur du débat sur les frais douaniers augmentés par l’Union Européenne. Cette situation découle d’une enquête de la Commission Européenne qui a mis en lumière des subventions étatiques chinoises visant à réduire artificiellement le coût de production des véhicules électriques. Cette révélation a entraîné une proposition de hausse des taxes sur les importations de ces véhicules vers l’Europe.

En particulier, la coentreprise entre BMW et le géant chinois SAIC, nommée Spotlight Automotive Limited Project, se trouve en position délicate. Cette entreprise produit les deux modèles en question à Zhangjiagang, et selon les résultats de l’enquête de la Commission, elle pourrait se voir appliquer la hausse la plus élevée de droits de douane.

A lire également :  BYD veut dominer l'Europe et la voiture électrique : voici son plan à l'ambition démesurée

Quel impact tarifaire pour les consommateurs européens?

  • Variabilité des augmentations: Selon le niveau de « coopération » des entreprises chinoises durant l’enquête, la hausse des frais de douane serait modulée. Par exemple, BYD pourrait bénéficier d’une augmentation limitée à 17,4 % tandis que SAIC pourrait subir une hausse de 38,1 %.
  • Implications sur les prix: Ce renforcement des tarifs douaniers, cumulé à l’absence de bonus écologique en France pour ces modèles, pourrait rendre les Mini Cooper et Aceman électriques beaucoup moins attractifs en termes de prix.
  • Pénalités de marché: La hausse significative des coûts risque de rendre ces modèles invendables sur le marché européen, à moins d’une révision considérable de leur stratégie de prix ou de subventions étatiques.

Un avenir incertain assorti d’un potentiel rebond

Malgré ce climat économique tendu, le futur de ces modèles Mini n’est pas entièrement sombre. D’abord, l’officialisation de cette hausse des droits de douane prévue pour le 7 juillet 2024 pourrait encore subir des ajustements, bien que minimes. Ensuite, une lueur d’espoir subsiste quant à la relocalisation de la production.

En effet, Mini a déjà planifié le retour de la production de ses modèles électriques Cooper et Aceman dans l’usine historique d’Oxford au Royaume-Uni en 2026. Des travaux d’aménagement sont en cours pour que cette vieille usine puisse accueillir un nombre plus élevé de véhicules électriques. Ce changement pourrait non seulement résoudre les problèmes de coûts liés aux tarifs douaniers mais également renforcer l’image écologique et européenne de la marque.

A lire également :  Voitures électriques : Voici pourquoi les conducteurs ne reviennent pas en arrière

Contexte international et décisions similaires d’autres constructeurs

Mini n’est pas la seule marque à se réorienter vers une production plus locale en réponse aux situations douanières. Volvo, par exemple, anticipant probablement des complications similaires, a décidé de rapatrier la production de son modèle électrique EX30 de la Chine vers Gand en Belgique dès 2025.

Cette tendance à la relocalisation n’est pas uniquement une réponse aux défis économiques actuels mais représente également une alignement plus général des entreprises automobiles avec les objectifs de développement durable et les attentes croissantes des consommateurs en matière de production locale et responsable.

Assisterons-nous à un changement majeur dans la stratégie globale des constructeurs de véhicules électriques face aux complications douanières et économiques actuelles? Seul l’avenir nous le dira, mais une chose est sûre, les décisions prises maintenant façonneront le paysage de l’industrie automobile pour les années à venir.

Transitionner vers des modèles de production plus locaux pourrait bien être la clé pour naviguer dans cette complexité réglementaire tout en restant compétitif dans un marché en rapide évolution. Ainsi, les acheteurs potentiels de voitures électriques en Europe feraient bien de garder un œil sur ces évolutions, car elles affecteront inévitablement le coût et la disponibilité des modèles favoris.

A lire également :  À peine livrée, une Tesla Model 3 Performance surprise à 230 km/h rattrapée par les gendarmes
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires