Actu voiture électrique

Le Canada suit l’Europe et va imposer des taxes sur les voitures électriques chinoises

Albert Lecoq

Le paysage mondial des voitures électriques se trouve de nouveau sous les feux de la rampe, non pas pour une innovation technologique mais pour une affaire de tarifs douaniers influençant le commerce international. Cette fois, c’est au Canada de faire un pas décisif vers l’imposition de tarifs sur les véhicules électriques importés de Chine. Cette décision, à la fois stratégique et controversée, s’inscrit dans un alignement avec les politiques déjà proposées par les États-Unis et l’Union Européenne.

Les origines du conflit tarifaire

Rappelons-nous qu’à l’automne dernier, la Commission Européenne a lancé une enquête anti-subventions, faisant state que les modèles de voitures électriques importés de Chine bénéficiaient d’un avantage “injuste” en raison des importantes subventions gouvernementales. Cette accusation a mis le feu aux poudres et provoqué une réaction en chaîne.

L’administration Biden aux États-Unis a rapidement répliqué en augmentant les droits de douane sur les importations de ces véhicules, passant de 25% à 100%. L’UE n’a pas tardé à menacer de tarifs propres avant même de finaliser les résultats de son enquête. En réponse, la Chine a également brandi la menace de tarifs sur les importations en provenance de l’Europe, ce qui a poussé les constructeurs automobiles allemands à tenter de désamorcer la situation.

A lire également :  Nous produisons 3 fois trop de batteries pour voitures électriques : un gaspillage monumental

La position du Canada dans cette bataille commerciale

Selon un rapport récent de Bloomberg, le Canada, sous la direction du Premier ministre Justin Trudeau, s’apprêterait à instaurer des tarifs sur les véhicules électriques fabriqués en Chine. Les discussions sont encore à leurs premiers stades, mais le Canada semble résolu à se ranger du côté de ses partenaires commerciaux contre la Chine. D’ailleurs, des consultations publiques devraient débuter prochainement pour discuter de cette question.

Du côté de la politique intérieure, le Premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a récemment critiqué la Chine pour ses pratiques de fabrication locales et son utilisation de normes de travail basses ainsi que son recours à des énergies polluantes. Selon lui, cela permet à la Chine de submerger le marché avec des véhicules électriques artificiellement bon marché, menaçant ainsi les emplois et les investissements locaux dans la fabrication de véhicules électriques et de batteries.

La stratégie du Canada face aux pressions externes et internes

Le gouvernement Trudeau, bien qu’encore non committal publiquement sur les tarifs, subit une pression croissante tant de la part de son peuple que de ses alliés démocratiques pour prendre des mesures contre les importations chinoises. Le cas de l’Ontario, où la province a sécurisé 43 milliards de dollars d’investissements dans la fabrication de véhicules électriques et de batteries ces quatre dernières années, illustre l’importance de protéger ces emplois locaux bien rémunérés.

A lire également :  La R5 électrique à 20 000 €, c'est possible : Renault a trouvé la solution

L’industrie automobile canadienne elle-même a appelé le gouvernement à imposer des tarifs, soulignant que le Canada ne peut pas se permettre d’être à contre-courant de ses partenaires commerciaux, notamment les États-Unis, avec qui il partage de nombreuses chaînes d’approvisionnement automobiles.

Les implications potentielles de cette nouvelle politique

Si ces tarifs sont mis en place, ils pourraient avoir plusieurs conséquences significatives. D’une part, ils pourraient protéger les emplois et les industries naissantes dans le secteur des véhicules électriques en Amérique du Nord. D’autre part, ils pourraient également tendre les relations commerciales avec la Chine, un acteur majeur sur le marché mondial des voitures électriques.

Parallèlement, des fabricants chinois comme BYD ont déjà commencé à établir des sites de fabrication au Mexique, cherchant ainsi à contourner d’éventuels obstacles commerciaux et à pénétrer le marché nord-américain. La décision du Canada pourrait donc redéfinir non seulement ses relations avec la Chine mais aussi l’ensemble de la géopolitique des véhicules électriques.

À coup sûr, la suite de cette histoire aura des répercussions bien au-delà des frontières de ces nations, influençant les décisions des consommateurs, les stratégies des multinationales et la direction future de l’innovation dans le secteur des véhicules électriques. Continuez à suivre l’évolution de cette saga pour voir comment elle se déroulera, impactant le marché mondial des véhicules électriques et les relations internationales. Qu’il s’agisse de la politique, de l’économie ou de l’écologie, les répercussions seront certainement ressenties à l’échelle mondiale.

A lire également :  Une nouvelle pratique douteuse va faire très mal pour la recharge des voitures électriques
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires