Non, la voiture électrique n’est pas écologique : découvrez pourquoi

ParAlbert Lecoq 28 janvier 2024 à 12h48

Nous nous penchons aujourd’hui sur un sujet controversé : la voiture électrique est-elle vraiment la clé d’un avenir durable en matière d’automobile ? Tandis que gouvernements et industriels les promeuvent comme des alternatives “propres”, une analyse approfondie révèle une réalité plus complexe qu’il faut nuancer sans pour autant la négliger.

Le paradoxe environnemental des voitures électriques

Ces véhicules sont souvent présentés comme la panacée pour réduire les émissions de CO2. Cependant, leur processus de fabrication, surtout celui des batteries, soulève des interrogations.

Une voiture électrique nécessite significativement plus d’énergie à produire qu’un véhicule thermique, entraînant des émissions plus importantes lors de cette phase. Le bilan s’équilibre plus ou moins lentement selon la technologie employée et le pays dans lequel le véhicule s’alimente en électricité.

La fabrication des batteries et son impact environnemental

Le cœur de la voiture électrique, la batterie, est un élément clé de l’équation environnementale. La production de ces batteries, notamment leur taille et leur durée de vie, influence grandement l’empreinte carbone du véhicule. De la batterie volumineuse d’une Audi e-Tron à la plus modeste d’une Renault Zoe, la variabilité est grande.

La durée de vie des batteries est également cruciale. Une batterie longue durée diminue le besoin de remplacement, réduisant ainsi l’impact carbone global. Cependant, la production des batteries soulève des inquiétudes écologiques majeures, notamment en Asie où de nombreuses usines fonctionnent au charbon, accentuant l’empreinte carbone de ces véhicules.

Les futures batteries dites “écologiques”, du moins qui ont un bilan carbone bien plus réduit comme les batteries solides voire les batteries au sodium, tardent à arriver sur le marché, faisant que l’essentiel de la production mondiale pendant encore quelques années se résumera au lithium, matériau décrié pour son empreinte négative sur la planète essentiellement pour son procédé d’extraction.

Analyse des émissions de CO2 et impact environnemental global

Les études sur les émissions de CO2 des voitures électriques par rapport aux véhicules thermiques sont contradictoires. Produire un véhicule électrique génère plus d’émissions que son équivalent thermique, mais son utilisation quotidienne est moins polluante. Le bilan global dépend de l’origine de l’électricité utilisée pour sa production et sa recharge. En France, le bilan CO2 d’une voiture électrique est très rapidement équilibré en roulant très peu grâce à une production d’électricité à l’empreinte carbone très faible, mais ce n’est pas le cas de tous les pays à travers le monde.

En outre, la pollution générée par la production des voitures électriques va au-delà du CO2. L’extraction des métaux nécessaires, les processus de production électronique et l’impact sur la biodiversité et les réserves d’eau douce sont des aspects souvent sous-estimés. Ces conséquences environnementales indirectes doivent être prises en compte pour évaluer l’impact réel de ces véhicules. Bien que l’extraction et le raffinement du pétrole ne soit pas non plus neutre en carbone, l’empreinte est discutable.

Les défis de la justice sociale et de l’écologie

Le débat sur les voitures électriques soulève également des questions de justice sociale. Les régions du monde où s’effectuent l’extraction des matières premières et la production des batteries subissent souvent les effets du changement climatique. Cela met en lumière l’injustice environnementale liée à la production des voitures électriques.

L’analyse des cycles de vie révèle que l’impact environnemental d’une voiture électrique peut être compensé après un certain kilométrage, mais cela dépend de nombreux facteurs, notamment de la source d’électricité utilisée et de la durée de vie de la batterie.

L’utilisation intelligente des voitures électriques et la sobriété

Pour réduire l’impact environnemental, une utilisation intelligente des voitures électriques est essentielle. Cela inclut un usage intensif, ciblant des modèles plus petits avec des batteries moins volumineuses. Les véhicules électriques ne sont économiquement viables que s’ils remplacent des déplacements plus polluants et sont utilisés de manière optimale.

La sobriété reste le principal levier pour limiter l’impact environnemental. La voiture électrique ne peut être qu’une partie de la solution. La réduction des déplacements, l’utilisation des transports en commun, le vélo, et le covoiturage sont des stratégies complémentaires essentielles pour une mobilité durable.

Bien que les voitures électriques offrent un potentiel pour réduire l’empreinte carbone, elles ne sont pas une solution miracle. Leur impact dépend de multiples facteurs et nécessite une utilisation judicieuse et réfléchie. Leur intégration dans un système de mobilité globalement plus durable est cruciale pour atteindre une véritable transition écologique.

Source : Reporterre

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter