Pollution des voitures électriques : cette étude met fin au suspense écologique

ParPhilippe Moureau 8 janvier 2024 à 17h46

Une récente étude du Guardian révèle des informations cruciales sur l’impact environnemental des véhicules électriques. Il apparaît que, sur l’ensemble de leur cycle de vie, les émissions de CO2 des voitures électriques sont nettement inférieures à celles des véhicules thermiques. Voyons tout cela ensemble.

Les véhicules électriques et la réduction des émissions de CO2

Malgré une empreinte carbone initiale plus élevée, liée à leur production – notamment la fabrication des batteries -, ces véhicules compensent rapidement cet écart.

La production d’une voiture électrique s’accompagne d’une « dette carbone » environ 60% supérieure à celle d’un véhicule thermique. Cette empreinte accrue s’explique par la consommation énergétique requise pour la production des composants clés, comme les moteurs électriques et les batteries. Cependant, une fois sur la route, la voiture électrique commence à « rembourser » cette dette.

Le parcours vers une moindre pollution

L’étude du Guardian souligne que pour minimiser leur impact écologique, les voitures électriques doivent être utilisées régulièrement. Dans le meilleur des cas, leur bilan carbone devient trois fois moins élevé que celui des voitures à combustion. Même dans des scénarios moins idéaux, où l’électricité provient de sources moins propres comme les centrales à charbon, les véhicules électriques restent plus avantageux en termes d’émissions de CO2.

Colin Walker, de l’Energy and Climate Intelligence Unit, confirme que même avec un réseau électrique moins propre et à base de gaz et de charbon, les voitures électriques sont plus bénéfiques pour l’environnement. Cette tendance s’accentue à mesure que les réseaux électriques se décarbonisent et que les véhicules accumulent des kilomètres.

La “dette carbone” des véhicules électriques : un remboursement rapide

Le remboursement de la dette carbone des voitures électriques varie selon les sources d’énergie utilisées pour la recharge. Eoin Devane, conseiller climatique du gouvernement britannique, estime que cette dette est généralement compensée après environ deux ans d’utilisation. Dans des régions où l’électricité est principalement produite à partir de charbon, ce remboursement peut s’étendre jusqu’à six ans, soit environ 70 000 kilomètres parcourus.

Le bilan carbone des voitures électriques diffère donc significativement d’un pays à l’autre. Des nations comme la France et la Suède, avec leur forte dépendance à l’énergie nucléaire ou renouvelable, affichent des bilans plus favorables comparés à des pays comme l’Allemagne ou la Pologne, où le charbon joue encore un rôle majeur.

Source : Guardian

Les défis futurs : terres rares et lithium

Outre les émissions de CO2, le débat sur les véhicules électriques inclut également l’utilisation de terres rares et de lithium, des composants essentiels des batteries. Gilles Pratt de Toyota met en garde contre une crise potentielle liée à ces matériaux. Cette crise pourrait affecter non seulement les véhicules mais aussi l’ensemble de l’écosystème, y compris les infrastructures de recharge.

Bien que les voitures électriques présentent une empreinte carbone initiale plus élevée, elles offrent un potentiel significatif de réduction des émissions sur le long terme. Les défis futurs concernant les matériaux des batteries restent cependant une préoccupation majeure, nécessitant une attention continue pour assurer un développement durable de cette technologie.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

138 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter