Actu voiture électrique

Rouler en voiture électrique est-il toujours rentable ? Décryptage face à la hausse de l’électricité

Albert Lecoq

Le débat sur la rentabilité des véhicules électriques s’intensifie suite aux augmentations des tarifs de l’électricité dont la dernièren en date du 1er février 2024. Face à cette hausse, de nombreux conducteurs potentiels s’interrogent : opter pour une voiture électrique reste-t-il économiquement avantageux par rapport à un modèle thermique ?

Comprendre la hausse des tarifs électriques

La promesse d’économies significatives sur le coût d’utilisation constitue souvent l’argument décisif pour franchir le pas vers l’électrification.

Le paysage énergétique français se trouve à l’aube d’un changement notable, avec une augmentation significative des prix de l’électricité depuis le 1er février 2024. Cette hausse, résultant principalement de l’ajustement de la Contribution au service public de l’électricité (CSPE), impacte différemment les consommateurs selon leur plan tarifaire. Les tarifs réglementés connaîtront ainsi une augmentation qui, bien que variable, affectera tous les usagers, y compris ceux ayant adopté les véhicules électriques pour leurs déplacements. Voici un rapide rappel des derniers tarifs appliqués :

  • Tarif Base : pour les clients au tarif Base d’EDF, le prix du kWh est fixé à 0,2516 €.
  • Option Heures Creuses : Une augmentation a eu lieu, passant le kWh à 0,2068 € en heures creuses.
  • Option Tempo : Une hausse presque de 25 % pour les jours bleus en heures creuses, avec un nouveau tarif à 0,1296 € le kWh.
A lire également :  Alfa Romeo Giulia électrique : tout savoir sur la future berline italienne

Cette évolution tarifaire induit une réflexion quant à l’impact réel sur le coût de recharge à domicile, essentiel pour évaluer la rentabilité de l’électrique.

Le coût de la mobilité électrique à l’épreuve de la hausse

Malgré ces augmentations, les véhicules électriques conservent un avantage financier notable par rapport aux véhicules thermiques, grâce à leur coût d’utilisation généralement plus bas. Pour estimer ce coût, considérons divers scénarios de consommation électrique selon le type de voiture et le tarif d’électricité appliqué.

  • Petite citadine ou compacte (13 kWh/100 km) : entre 1,68 € au minimum en heures creuses des journées bleus en abonnement Tempo, 2,69 € en tarif heures creuses et 3,27 € en tarif Base pour 100 km.
  • Berline ou SUV compact (16 kWh/100 km) : entre 2,07 € au minimum en heures creuses des journées bleus en abonnement Tempo, 3,31 € en tarif heures creuses et 4,02 € en tarif Base pour 100 km.
  • Gros véhicules ou grande consommation (20 kWh/100 km) : entre 2,59 € au minimum en heures creuses des journées bleus en abonnement Tempo, 4,14 € en tarif heures creuses et 5,03 € en tarif Base pour 100 km.

Ces chiffres révèlent une disparité des coûts en fonction du type d’abonnement et du type de véhicule, tout en soulignant la persistance de l’économie réalisée par rapport à l’usage d’un véhicule thermique.

A lire également :  Ce SUV électrique à moins de 30 000 € qui fait le plein en 3 minutes arrive en France

Comparaison avec les véhicules thermiques

La stabilité, voire la baisse, des prix du carburant enregistrée récemment contraste avec la hausse du tarif de l’électricité. Néanmoins, les véhicules électriques continuent d’offrir des coûts d’utilisation nettement inférieurs.

  • Diesel : Avec une consommation moyenne de 5 l/100 km, le coût pour 100 km s’élève à environ 9 €, en supposant un prix du litre à 1,80 €.
  • Essence : Pour une consommation de 6,5 l/100 km, le coût pour 100 km monte à 12 €, avec un prix au litre d’environ 1,85 €.

Ainsi, même avec la hausse électrique, les véhicules électriques restent largement plus économiques sur le plan du coût par kilomètre, confirmant leur statut d’alternative rentable à moyen et long terme. Pour que la recharge d’un véhicule électrique revient au même prix que le carburant pour 100 km parcourus, une hausse des tarifs d’électricité de 270% pour un SUV compact qui consomme l’équivalent 5 litres de carburant au 100 km ou 16 kWh / 100 km.

L’électrique face au thermique : une bataille de coûts

Les véhicules électriques maintiennent leur avantage économique malgré l’augmentation des prix de l’électricité. Pour un conducteur moyen parcourant 11 000 km par an :

  • Coût annuel minimal en électrique : dès 185 € pour une consommation de 13 kWh/100 km en tarif Tempo heures creuses en journées bleus uniquement, 211 € par an en faisant la moyenne annuelle avec les journées blanches et rouges.
  • Coût annuel maximal en électrique : jusqu’à 554 € par an pour un véhicule consommant 20 kWh/100 km en tarif Base.
A lire également :  La majorité des Français se trompent lourdement sur un aspect majeur des voitures électriques

Comparés aux coûts d’une voiture thermique, qui peuvent s’élever à 990 € pour le diesel et 1 421 € pour l’essence, les véhicules électriques démontrent une supériorité économique indéniable.

Le futur de l’électrique : entre coûts et écologie

Malgré les défis posés par la hausse des tarifs électriques, la transition vers les véhicules électriques reste une voie attractive et économiquement viable pour les conducteurs. Le surcoût initial d’acquisition d’une voiture électrique se trouve largement compensé sur la durée par les économies générées en matière de carburant et d’entretien. De plus, les perspectives d’évolution des prix de l’électricité, potentiellement à la baisse grâce à la stabilité de l’approvisionnement et à l’exportation, renforcent cet avantage. Il est essentiel que les politiques publiques continuent de soutenir le développement de la mobilité électrique, non seulement par des incitations à l’achat mais aussi par la garantie de coûts d’utilisation accessibles, pour que rouler « vert » ne rime pas avec dépense excessive.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires