Actu voiture électrique

Voici pourquoi le moteur thermique vit bel et bien ses derniers jours

Philippe Moureau

Si vous pensez que le ralentissement des ventes des voitures électriques marque un frein à leur ascension, détrompez-vous. Bien au contraire, c’est le moteur à combustion qui semble tirer sa révérence, lentement mais surement. L’ère des véhicules alimentés par des carburants fossiles semble toucher à sa fin, tandis que les véhicules électriques et hybrides grapillent des parts de marché à un rythme soutenu. Cette transition marque une grande victoire pour la planète, malgré certains défis que le secteur continue de naviguer.

L’essor irréversible des véhicules électriques

Le déclin des véhicules à moteur à combustion a été documenté avec précision par des organismes de recherche réputés. Selon BloombergNEF, les ventes mondiales de ces véhicules ont atteint leur apogée en 2017 et ont depuis lors continué de diminuer. L’agence prévoit que le nombre total de véhicules à combustion, y compris les hybrides, culminera sur les routes mondiales en 2025, tandis que la demande de pétrole pour le transport routier devrait atteindre son pic en 2027.

Parallèlement, les ventes de véhicules électriques ont explosé. En 2023, environ 14 millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables ont été vendus dans le monde, représentant 18% des ventes totales de véhicules particuliers. Un essor impressionnant par rapport aux 700,000 unités vendues en 2016, traduisant une augmentation spectaculaire de 2,000% en moins d’une décennie.

A lire également :  Zeekr dévoile sa nouvelle arme contre la Tesla Model Y

La géographie inégale de l’électrification

Certaines régions du monde, comme la Chine et les pays nordiques, dominent l’adoption des voitures électriques grâce à des politiques industrielles agressives et une concurrence intense.L’Europe, juste derrnière, fait figure de proue avec des pays comme la France ou la politique avantageuse a également porté ses fruits. Les États-Unis, bien qu’à la traîne par rapport à la Chine où les véhicules électriques représentent déjà 50% du marché, voient également leurs parts de marché pour les véhicules à combustion se réduire, atteignant en 2023 le niveau le plus bas jamais enregistré.

Cette transformation n’est pas juste une question de politique, mais plutôt le résultat d’une amélioration continue de l’économie de production et d’achat des véhicules électriques. Le coût des batteries lithium-ion, par exemple, a chuté de près de 1 300 € par kilowatt-heure en 2010 à seulement 130 euros en 2023 soit un tarif divisé par 10, avec une tendance à la baisse qui devrait se poursuivre.

L’évolution des politiques et des perspectives de marché

Face à un environnement concurrentiel et à des pressions réglementaires accrues, même les constructeurs automobiles traditionnels, tels que General Motors et Ford, font évoluer leurs stratégies. Ces derniers, bien qu’ils aient exprimé des préoccupations concernant la demande fluctuante, ont enregistré des gains significatifs grâce à leurs initiatives électriques.

A lire également :  La voiture électrique tourne au cauchemar pour ces propriétaires : voici leurs témoignages

Des constructeurs comme Hyundai, Kia et Genesis voient également un énorme succès, certains se rapprochant de la barrière des 100 000 ventes de véhicules électriques vendus dans un seul pays (les Etats-Unis), un jalon jusqu’ici uniquement atteint par Tesla. Les prévisions restent positives, BNEF estimant que les voitures électriques constitueront près de 30% du marché d’ici 2027.

Les défis restants et l’avenir

Le marché des véhicules électriques n’est pas sans défis. En dépit d’une croissance globale impressionnante, des augmentations plus modestes sont enregistrées dans des marchés clés comme les États-Unis, où la croissance des ventes de voitures électriques a été de seulement 4% au premier trimestre de cette année. Cela dit, des modèles plus abordables devraient émerger, rendant les voitures électriques accessibles à un plus large éventail de consommateurs.

Experts et chercheurs encouragent une action politique plus robuste pour soutenir la transition vers l’électrification. Avec les effets toujours plus palpables du changement climatique, il est devenu impératif de réduire les émissions de CO2, particulièrement dans le secteur des transports qui montre une reprise rapide de ses émissions après une baisse due à la pandémie.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

22 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires