Actu voiture électrique

Un constructeur de plus fait marche arrière sur la voiture électrique

Albert Lecoq

Cadillac, célèbre sous-marque de General Motors, est depuis longtemps à la croisée des chemins de l’électrification, promettant périodiquement de s’engager pleinement dans cette direction. Récemment, des déclarations de son vice-président global ont révélé que la marque pourrait continuer à proposer des véhicules à combustion pendant encore plusieurs années, malgré un engagement initial vers un futur tout électrique.

La stratégie électrique de Cadillac face à un avenir incertain

Historiquement, Cadillac a suivi GM dans son virage vers l’électrification. Le modèle 100% électrique LYRIQ marque le début de cet engagement, avec d’autres projets notables dans le pipeline dont certains modèles qui pourraient traverser l’atlantique et débarquer en Europe et même chez nous en France.

Parmi eux, l’OPTIQ, une option plus petite et plus abordable que le LYRIQ, ainsi que des versions entièrement électriques de modèles emblématiques comme l’Escalade, baptisée IQ, le SUV 7 places VISTIQ, et le très luxueux CELESTIQ, assemblé à la main pour une somme avoisinant les 300 000 euros.

Cadillac et le marché: entre tradition et innovation

L’orientation initiale de Cadillac était claire : à partir de 2021, la marque ne dévoilerait que des modèles électriques, avec l’objectif de devenir une marque 100% électrique d’ici 2030.

A lire également :  Voici pourquoi des voitures électriques doivent être rechargées à 80 % et d’autres à 100 %

Cependant, avec le départ de l’ancien chef mondial de Cadillac, Rory Harvey, pour un autre poste exécutif chez GM, les plans semblent moins définitifs. Son successeur maintient l’objectif de 2030 mais admet que les véhicules à combustion pourraient encore coexister avec les modèles électriques pendant une période indéterminée.

Le dualisme des motorisations chez Cadillac : une réalité prolongée ?

John Roth, le vice-président global actuel de Cadillac, ne ferme pas la porte à la possibilité de continuer à vendre des véhicules à combustion au-delà de 2030. Lors d’un récent point de presse sur les ventes, Roth a partagé sa vision d’un portefeuille tout électrique d’ici la fin de la décennie, tout en laissant le choix final au consommateur.

Cette approche flexible semble répondre à une réalité de marché où la demande pour les véhicules à combustion interne reste forte, notamment en raison de marges bénéficiaires plus élevées comparées aux modèles électriques.

Concurrence et positionnement de Cadillac dans un marché en mutation

Le marché des véhicules électriques évolue rapidement, avec des concurrents qui proposent des modèles exclusivement électriques offrant des performances supérieures, plus silencieux et plus propres. Dans ce contexte, Cadillac et ses véhicules à combustion risquent de se retrouver en décalage avec les attentes des consommateurs de demain. La marque doit donc naviguer prudemment entre la fidélisation de sa clientèle traditionnelle et l’attraction de nouveaux acheteurs sensibles à l’innovation et à l’écologie.

A lire également :  Coup dur pour la voiture électrique : Le diesel revient en force

La transition vers l’électrique est complexe et exige des investissements significatifs en technologie de batterie et autres innovations. La décision de Cadillac de maintenir une offre mixte reflète une stratégie prudente face à un marché encore indécis.

En définitive, les déclarations de Roth mettent en lumière le défi auquel est confrontée Cadillac : équilibrer innovation et tradition dans un marché en pleine transformation. Seul l’avenir dira si cette stratégie permettra à Cadillac de maintenir sa place de leader ou si la marque devra accélérer son passage au tout électrique face à une concurrence de plus en plus agressive.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires