Volvo abandonne le diesel : c’est fini dès l’année prochaine !

ParPhilippe Moureau 7 octobre 2023 à 17h34

Volvo prend une décision radicale que d’autres constructeurs européens n’ont pas encore osé prendre. Découvrez comment cette entreprise suédoise s’engage à révolutionner l’industrie automobile.

Volvo dit adieu au diesel : un mouvement audacieux !

La domination imminente des véhicules électriques sur le marché américain est presque une évidence. Pourtant, en Europe, les voitures diesel conservaient une place prédominante dans les ventes. C’est dans ce contexte que Volvo fait ses adieux au diesel. En prenant cet engagement, la firme suédoise annonce la fin de sa production de voitures diesel d’ici 2024, avec la vision d’être entièrement électrique d’ici 2030. C’est un pas audacieux, faisant de Volvo l’un des premiers constructeurs traditionnels à franchir ce cap.

Pour Volvo, le vent a tourné : “Notre décision de mettre fin aux moteurs diesel d’ici 2024 démontre à quel point l’industrie automobile et la demande des clients évoluent face à la crise climatique”, ont-ils déclaré. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, le diesel était la principale source de revenus pour Volvo en Europe, tout comme pour la plupart des autres constructeurs.

Le paysage automobile européen : tous à bord du train électrique ?

Alors que Volvo tourne la page du diesel, qu’en est-il des autres marques en Europe ? Actuellement, la majorité des ventes de Volvo en Europe sont des VE ou des hybrides rechargeables. Cependant, à travers le continent, la transition vers l’électricité ne s’opère pas au même rythme pour tous.

Selon S&P Global, les véhicules entièrement électriques ont surpassé les véhicules diesel pour la première fois en juin dernier. Avec l’arrivée de modèles électriques plus abordables, la demande pour les diesels a chuté de 9,4% par rapport à l’année précédente. À l’horizon 2030, S&P prévoit que les véhicules 100% électriques, les hybrides rechargeables et les modèles à pile à combustible représenteront jusqu’à 70% du marché, contre 19% en 2022.

Que disent les autres constructeurs européens ?

Contrairement à Volvo, d’autres géants automobiles européens ne semblent pas prêts à abandonner le diesel de sitôt. BMW, par exemple, prévoyait il y a quatre ans de vendre des diesels pendant encore 20 ans, et des véhicules à essence pendant au moins 30 ans. Mercedes-Benz, de son côté, ne s’attend pas à avoir une gamme entièrement électrique d’ici 2030, même s’ils seront techniquement prêts.

Enfin, Volkswagen, qui a été durement touché par le scandale des émissions diesel la décennie dernière, prévoit de quitter le marché des véhicules à combustion en Europe entre 2033 et 2035. Le géant allemand souligne néanmoins l’importance des voitures électriques abordables. Stellantis, quant à lui, a réduit son offre diesel en Europe, privilégiant des modèles électrifiés plus accessibles.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter