Actu voiture électrique

Volvo a trouvé la solution pour des voitures électriques moins chères en Europe

François Zhang-Ming

Face aux récentes menaces d’une hausse significative des taxes douanières sur les importations depuis la Chine, Volvo, connu pour son engagement vers une mobilité plus verte, a pris d’importantes mesures stratégiques. Le géant automobile suédois, détenu par le groupe chinois Geely, vise à renforcer sa présence sur le marché européen en accélérant la transformation de son usine en Belgique. Cette stratégie permettra non seulement d’éviter des frais supplémentaires, mais aussi de se rapprocher de la clientèle européenne.

Volvo s’adapte aux nouveaux challenges commerciaux en Europe

Dans un monde où les tensions commerciales montent en flèche, Volvo a décidé de relocaliser la production de ses nouveaux modèles électriques, les EX30 et EX90, sur le sol européen. Ces véhicules, initialement développés sur des plateformes chinoises, seront ainsi fabriqués dans l’usine modifiée de Ghent, en Belgique. L’objectif ? Minimiser les risques financiers liés aux importantes taxes douanières qui pourraient s’imposer à l’importation de véhicules chinois.

Les mesures prises par Volvo sont une réponse directe aux déclarations récentes d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, sur les éventuelles sanctions douanières. Ces taxes pourraient augmenter de 10 % à 30 % dès le 4 juillet. Volvo, prévoyant les répercussions considérables de cette taxation sur ses coûts de production et ses prix de vente, prend les devants pour sécuriser sa position sur le marché européen.

A lire également :  Voiture électrique : Volvo et Volkswagen grands gagnants, Tesla perdant

Les modèles EX30 et EX90: une innovation électrique signée Volvo

Introduits comme les premiers modèles entièrement électriques conçus par le constructeur, le SUV compact EX30 et le SUV de luxe EX90 marquent une évolution significative par rapport aux précédentes offres de Volvo. Ces modèles disposent d’attributs notables qui répondent aux attentes d’une clientèle soucieuse de performances environnementales et de conduite de qualité:

  • Volvo EX30 : Avec un prix débutant autour de 37 500 euros, ce SUV compact est l’entrée de gamme parfaite pour les nouveaux adeptes de la mobilité électrique. Son lancement anticipé en Europe, suite à des adaptations rapides de l’usine de Ghent, témoigne de la flexibilité de Volvo face aux exigences du marché.
  • Volvo EX90 : Proposé à partir de 107 900 euros, le EX90 est un modèle de luxe qui offre une expérience de conduite supérieure avec des fonctionnalités avancées et un confort inégalé pour les longs trajets.

L’effort de relocalisation n’est pas seulement une manoeuvre économique; il symbolise également l’engagement de Volvo envers l’innovation durable et la réduction de l’empreinte écologique de ses opérations.

Un tournant stratégique pour Volvo et le marché européen

La décision de Volvo de produire ses véhicules électriques en Belgique a des implications positives considérables pour les consommateurs européens. Non seulement elle garantit une baisse potentielle des coûts, suite à l’élimination des frais douaniers supplémentaires, mais elle permet également aux clients de bénéficier de temps de livraison réduits et de l’adaptation rapide des véhicules aux normes et préférences locales.

A lire également :  Découvrez les nouvelles innovations des voitures électriques Hyundai pour 2024

Dans le cadre de cette stratégie, les clients français du modèle EX30 pourront à nouveau profiter du bonus écologique, rendant l’achat de ce véhicule électrique encore plus attractif. Ajoutons à cela que la présence d’une installation de production dans l’UE rassure les consommateurs quant à la qualité et la réactivité du service après-vente.

La relocalisation, un phénomène grandissant dans l’industrie automobile

Le cas de Volvo n’est pas isolé. D’autres constructeurs automobiles envisagent de relocaliser une partie de leur production en réaction aux conditions changeantes du commerce mondial et aux demandes croissantes pour une production plus locale et responsables. Cette tendance souligne un changement dans la stratégie industrielle globale, orientée vers plus d’autonomie régionale et une réduction des chaînes d’approvisionnement longues et compliquées, souvent à la merci des fluctuations politiques et économiques.

En fin de compte, la capacité de Volvo à ajuster rapidement ses opérations manufacturières et à répondre proactivement aux menaces externes exemplifie la résilience nécessaire pour triompher dans le secteur compétitif de l’automobile électrique.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires