BMW, Volkswagen et Renault refusent d’imposer la voiture électrique et partent en guerre contre l’Europe

ParAlbert Lecoq 25 mars 2024 à 12h52

L’univers de l’automobile est à un tournant crucial, particulièrement en Europe, où la transition vers l’électrique s’accélère sous l’impulsion de réglementations ambitieuses. Des acteurs majeurs tels que BMW, Volkswagen et Renault se retrouvent à naviguer dans ces eaux tumultueuses, exprimant à la fois aussi bien leur engagement pour un avenir plus vert mais aussi leurs préoccupations quant à la transition bien trop rapide vers la voiture électrique à l’arrêt définitif précoce du moteur thermique.

Les inquiétudes des constructeurs face aux objectifs d’émissions de l’UE

Récemment, les dirigeants de BMW, Volkswagen, et Renault ont exprimé leurs réserves concernant les objectifs d’émissions fixés par l’Union européenne. Ils mettent en lumière la pression croissante exercée sur l’industrie automobile et la vitesse d’adoption des véhicules électriques par les consommateurs, jugée insuffisante. L’UE prévoit un durcissement de sa politique dès l’année prochaine, avant l’interdiction totale des voitures à essence et diesel en 2035. Cette situation pourrait conduire à des amendes considérables pour les constructeurs ne respectant pas les quotas de réduction d’émissions.

  • En 2025, une réduction de 25% des émissions de la flotte de nouvelles voitures particulières vendues en Europe est exigée par rapport aux chiffres de 2021.
  • L’échec à atteindre ces objectifs entraînerait une amende de 95 € pour chaque véhicule immatriculé dans l’UE, multipliée par chaque gramme de CO2 par kilomètre au-delà de la cible.

Le parcours ambitieux de BMW vers l’électrification

Malgré ces inquiétudes, BMW affiche une certaine confiance, ayant déjà réduit ses propres émissions de CO2 de 20% en dessous de l’objectif européen pour 2023. Oliver Zipse, PDG de BMW, a souligné que l’entreprise était sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de 2025, avec 15% de ses ventes attribuées aux véhicules électriques l’année dernière, et un objectif de 20% fixé pour 2025.

BMW envisage même d’atteindre 50% de ventes de véhicules électriques d’ici 2030 à l’échelle mondiale, avec des perspectives encore plus élevées en Europe.

Cependant, Zipse appelle l’UE à modérer sa pression, soulignant les difficultés anticipées d’ici la fin de 2025 pour l’industrie automobile européenne. Les remarques de Zipse reflètent une préoccupation partagée par d’autres dirigeants du secteur, comme Oliver Blume, PDG du groupe Volkswagen, et Luca de Meo de Renault, qui ont tous deux plaidé pour une révision des législations sur les émissions de CO2 dans l’UE. En effet, bien qu’ils soient d’accord pour populariser la voiture électrique, ils ne sont en aucun cas d’accord avec la suppression totale des moteur thermiques à l’avenir.

La position ambivalente des constructeurs européens

Les constructeurs européens affichent une certaine ambivalence, soutenant publiquement la transition vers l’électrique tout en exprimant des réserves sur les modalités et le calendrier de cette transition. La pression concurrentielle des marques chinoises, offrant des véhicules électriques abordables et de qualité, accentue la nécessité d’adaptation rapide des constructeurs européens.

  • Des appels ont été lancés pour davantage d’incitations gouvernementales et d’investissements dans l’infrastructure de recharge afin de stimuler l’adoption des véhicules électriques.
  • Volkswagen et Renault envisagent même de développer conjointement un véhicule électrique à moins de 20 000 €, dans le but de rendre l’électrique accessible à un plus large public.

Les défis et opportunités à l’horizon

Les constructeurs européens sont confrontés à des défis multiples, nécessitant des investissements dans les nouvelles technologies et la formation de la main-d’œuvre pour éviter les licenciements massifs. La gestion du coût des matières premières, comme le lithium, est également cruciale. Luca de Meo a suggéré un “Plan Marshall” de 10 ans pour favoriser le remplacement des voitures anciennes par des modèles plus propres et répartir les fonds de manière équitable à travers l’Europe.

Bien que l’industrie automobile européenne fasse face à des défis significatifs dans sa course vers l’électrification, l’engagement des constructeurs à atteindre les objectifs d’émissions et à promouvoir l’adoption des véhicules électriques reste indéniable. La période à venir sera déterminante, avec des négociations et des adaptations nécessaires pour assurer une transition réussie vers un avenir automobile plus durable et écologique.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter