Actu voiture électrique

Dès cet été, vous allez payer plus cher votre voiture, mais c’est pour votre bien

Albert Lecoq

Dès cet été, les constructeurs auront l’obligation d’implémenter une série de technologies avancées d’aide à la conduite dans les voitures neuves, en vertu du General Safety Regulation 2 (GSR2). Cette réglementation, mise en place pour renforcer la sécurité routière et réduire le nombre d’accidents, pourrait bien redéfinir nos standards en matière de conduite. Alors, plongeons dans les détails pour comprendre les impacts de cette nouvelle ère de la mobilité.

Impact sur le prix et la sécurité des véhicules

L’intégration des dernières avancées technologiques dans les véhicules neufs aura naturellement un impact sur leur prix de vente. En effet l’obligation d’équiper certains véhicules en entrée de gamme de technologies modernes va faire grimper la facture, comme par exemple pour la Dacia Sandero.

Cependant, cet ajustement tarifaire est envisagé comme un investissement dans la sécurité, susceptible d’être amorti par une diminution des coûts liés aux accidents et potentiellement par une réduction des primes d’assurance.

Ainsi, si l’acquisition d’une voiture neuve s’avérera plus onéreuse, les bénéfices en termes de sécurité et d’économies potentielles sur le long terme sont à prendre en compte.

A lire également :  Une voiture électrique chinoise devient folle et fonce dans une foule faisant plusieurs blessés

Des technologies d’assistance à la conduite de pointe

Le General Safety Regulation 2 impose l’adoption de plusieurs systèmes d’aide à la conduite innovants, conçus pour prévenir les accidents et améliorer l’expérience de conduite. Parmi ces technologies, on retrouve :

  • Le freinage automatique, qui identifie les risques de collision et peut intervenir automatiquement pour éviter ou atténuer les accidents.
  • L’Intelligent Speed Assistance (ISA), un dispositif qui ajuste la vitesse du véhicule en fonction des limitations de vitesse détectées par caméra ou via les données de navigation.
  • Le système de maintien dans la voie, qui, couplé au régulateur de vitesse adaptatif, facilite une conduite semi-autonome de niveau 2, corrigeant la trajectoire du véhicule si nécessaire.
  • La surveillance des attentions, un système qui veille à détecter toute baisse de vigilance du conducteur, sans toutefois empiéter sur sa vie privée.

Technologies de sécurité additionnelles

En plus des systèmes précédemment mentionnés, la réglementation introduit d’autres dispositifs obligatoires pour renforcer la sécurité :

  • Le contrôle de la zone arrière, aidant à détecter les obstacles ou personnes derrière le véhicule lors de la marche arrière.
  • La boîte noire, qui enregistre des données cruciales avant, pendant et après un accident, sans compromettre l’anonymat des informations.
  • L’arrêt de panique, une fonctionnalité où les feux de stop clignotent lors d’un freinage d’urgence pour mieux alerter les autres usagers.
A lire également :  Les futurs SUVs électriques de Jeep seront finalement... à essence

Les technologies imposées par le GSR2 promettent un accroissement significatif de la sécurité routière. Cependant, il est possible que certains conducteurs perçoivent ces aides à la conduite comme intrusives, notamment à cause des alertes multiples qu’elles peuvent générer. Malgré cela, l’enjeu principal reste la réduction significative des accidents de la route, objectif pour lequel ces petites contraintes semblent un prix raisonnable à payer.

Une obligation pour tous les nouveaux véhicules

À partir du 7 juillet 2024, l’intégration de ces systèmes ne sera pas seulement recommandée, mais obligatoire pour la mise en marché de voitures neuves. Ce pas en avant dans la régulation automobile ne se limite pas aux voitures particulières, il s’étend à une grande variété de véhicules, y compris les bus, les camions, et même les véhicules de secours. Cette approche globale souligne l’ambition de maximiser la sécurité routière pour tous les usagers.

L’introduction du General Safety Regulation 2 représente une évolution majeure dans la conception et la fonctionnalité des véhicules modernes, avec un accent particulier sur la sécurité. En adaptant notre conduite à ces nouvelles aides technologiques, nous participons activement à la réduction des risques d’accidents, rendant nos routes plus sûres pour tous. C’est un petit pas pour le conducteur, mais un bond de géant pour la sécurité routière.

A lire également :  Voitures électriques sportives : "même avec 2000 chevaux, ça reste des poubelles"

Source : Commission européenne

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires