Des constructeurs accusés de tromperie : leurs voitures électriques ne sont pas zéro émission

ParPhilippe Moureau 24 février 2024 à 12h46

Dernièrement, les constructeurs automobiles BMW et MG ont vu deux de leurs publicités interdites au Royaume-Uni. Le motif ? Une affirmation jugée trompeuse par l’Advertising Standards Authority (ASA), considérant que leurs voitures électriques n’étaient pas “zéro émission”.

BMW i5 Touring et MG4 XPower : des prétentions environnementales sous examen

Poser la question de la propreté d’une voiture électrique paraît à première vue contradictoire. En effet, on pourrait penser que ces véhicules, propulsés par de l’électricité et non par du carburant, sont exempts de toute forme de pollution.

Pourtant, BMW et MG ont vu deux publicités Google retirées sous le motif qu’ils qualifiaient leurs gammes électriques de “zéro émission”, sans en préciser l’empreinte écologique réelle, selon l’ASA. L’ASA, comparable à notre ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) en France, contrôle la vérité des affirmations publicitaires diffusées dans les médias nationaux.

Le coût écologique de la production des voitures électriques

Fabrication : La fabrication d’une voiture électrique, bien que sollicitant moins de ressources fossiles, génère des émissions à cause :

  • L’extraction des matières premières nécessaires à la fabrication des batteries.
  • La production des dites batteries.

Ces deux points polluent plus qu’une voiture thermique.

Recharge : La recharge d’une voiture électrique dépanne fortement de la source d’électricité. Si la source est renouvelable, l’impact est minime. Dans le cas contraire, des émissions sont produites. L’ASA a donc jugé l’affirmation de BMW et MG de “zéro émission” incomplète, voire trompeuse. Cela a mené au retrait des publicités critiquées.

Voiture électrique vs voiture thermique : le bilan carbone

Il convient cependant de remettre ces informations en perspective. De nombreuses études s’accordent à dire qu’une voiture électrique pollue beaucoup moins qu’une voiture thermique sur l’ensemble de sa durée de vie.

En effet, plusieurs études récentes indiquent en moyenne un bilan carbone inférieur de 45% en faveur des voitures électriques sur son cycle de vie, avec une “bascule” à 45 000 km. L’affirmation de “zéro émission” bien qu’inexacte, n’est donc pas totalement dénuée de vérité.

Des interdictions de publicité : un précédent avec Kia et Mercedes-Benz

Cette interdiction de publicité ne constitue pas une première dans le monde automobile. Auparavant, l’ASA avait déjà exigé le retrait de publicités de Kia et de Mercedes-Benz. Ces derniers avaient annoncé les autonomies homologuées par le cycle européen WLTP, tout en suggérant qu’une recharge à 80% était préférable pour préserver la durée de vie de la batterie.

L’ASA a jugé qu’il y avait un décalage entre l’autonomie annoncée, basée sur une batterie à 100%, et les recommandations de charge des constructeurs, justifiant ainsi la censure. Ce genre de polémique souligne l’importance de la régulation publicitaire dans le domaine automobile.

En France, par exemple, l’ARPP est dotée d’un nombre impressionnant de “recommandations” à suivre. En somme, une transparence et une justesse des informations sont nécessaires pour préserver l’intérêt du consommateur et l’environnement. Dans notre quête pour une mobilité plus écologique, seules des informations précises et authentiques permettront de faire des choix éclairés.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter