Actu voiture électrique

L’électrique, la grande erreur d’Aston Martin qui fait machine arrière

Albert Lecoq

Récemment, Aston Martin a annoncé un changement de cap significatif concernant le lancement de sa première voiture électrique, une décision qui soulève autant de questions qu’elle apporte de clarifications sur l’avenir de l’électromobilité au sein de l’industrie automobile de luxe.

Le report stratégique d’Aston Martin

Aston Martin, le constructeur britannique synonyme de prestige et de performances, a pris une décision notable en repoussant d’un an le lancement de sa première voiture électrique. Initialement prévue pour 2025, cette entrée tant attendue dans le monde de l’électrification ne se fera désormais qu’en 2026. Cette décision s’ancre dans une analyse de la demande actuelle sur le segment des véhicules électriques, jugée insuffisante par la direction de la marque.

Lawrence Stroll, président d’Aston Martin, exprime un constat mitigé sur l’intérêt du marché pour l’électrique, inférieur aux anticipations d’il y a deux ans. Malgré cette réévaluation, Aston Martin ne tourne pas totalement le dos à l’électrification, ayant déjà développé quatre prototypes entièrement électriques. La marque ne compte simplement pas à 100% sur l’électrique pour son futur, et reste discrète sur les détails de ces futurs modèles, laissant planer un mystère stratégique sur ses ambitions dans le secteur électrique.

A lire également :  Un salon automobile en Chine montre à quel point nous sommes en retard sur la voiture électrique

La transition via l’hybride rechargeable

En attendant l’avènement de ses voitures électriques, Aston Martin ne reste pas inactive et met l’accent sur une stratégie de transition : le déploiement de modèles hybrides rechargeables. La supercar Valhalla, prévue pour la fin de l’année 2024, illustre parfaitement cette orientation. Équipée d’un V8 électrifié conçu par Mercedes, elle symbolise la fusion entre performance traditionnelle et innovation électrique.

Cette décision reflète une écoute attentive des désirs de la clientèle d’Aston Martin : une demande d’électrification modérée pour les déplacements urbains, tout en préservant l’expérience sensorielle unique offerte par un moteur à combustion sur route ouverte. L’hybride rechargeable se présente donc comme une solution intermédiaire idéale, permettant une transition douce vers une électrification plus poussée à l’avenir.

Les partenariats stratégiques pour l’avenir électrique

Concernant le développement de ses futurs modèles électriques, Aston Martin s’est assuré un partenariat technique et financier de taille avec Lucid, un acteur majeur de l’innovation électrique aux États-Unis. Ce rapprochement, scellé par un accord de 212 millions d’euros, garantit à Aston Martin un accès privilégié à des technologies de pointe en matière de moteurs électriques et de batteries. Cette alliance stratégique confirme l’engagement de la marque britannique envers l’électrification, malgré le report de ses premiers lancements.

A lire également :  Tesla annonce une Model Y à 28 000 euros, mais pas pour tout le monde

L’orientation prise par Aston Martin suscite des réactions diverses. Certains y voient une prudence justifiée face à un marché encore incertain, tandis que d’autres interprètent ce report comme un manque de conviction dans le potentiel des voitures électriques. La question demeure : ce délai supplémentaire marquera-t-il une différence significative dans la stratégie d’électrification d’Aston Martin ou reflète-t-il une hésitation plus profonde ?

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires