Actu voiture électrique

Les batteries sans cobalt : une révolution moins polluante pour les voitures électriques

Alexandra Dujonc

Si vous vous intéressez aux voitures électriques, vous avez probablement entendu parler des critiques concernant l’impact environnemental de leur fabrication, en particulier celui des batteries. Une avancée technologique majeure est en train de changer la donne : les batteries LFP (lithium-fer-phosphate) qui sont totalement dénuées de cobalt. Moins polluantes et moins coûteuses, ces batteries pourraient bien être la clé d’une transition écologique plus réussie dans le secteur automobile.

Comprendre la différence entre les batteries LFP et NMC

Avant de plonger dans les avantages environnementaux des batteries sans cobalt, il est essentiel de différencier les deux principales technologies utilisées aujourd’hui. La majorité des véhicules électriques en Europe sont équipés de batteries NMC (nickel-manganèse-cobalt), réputées pour leur haute densité énergétique mais critiquées pour leur impact écologique plus marqué lors de la fabrication.

À l’opposé, les batteries LFP sont privées de cobalt, un métal dont l’extraction est souvent entachée de problématiques environnementales et éthiques sévères. Une étude récente menée par le professeur Karim Zaghib, et publiée sur ScienceDirect, démontre que les batteries LFP émettent entre 20 et 30 % moins de CO2eq (un indicateur mesurant les émissions de gaz à effet de serre) lors de leur production comparée à leurs homologues NMC.

A lire également :  Tarifs douaniers sur les voitures électriques chinoises : L'UE fait marche arrière, ou presque

L’enjeu crucial de la fabrication des batteries

Cette révolution technologique n’est pas uniquement une bonne nouvelle sur le plan environnemental. Elle vient également avec des bénéfices économiques considérables. Le processus de fabrication des batteries LFP, moins gourmand en matériaux rares et complexe, réduit considérablement les coûts. Cela permet déjà d’envisager des baisses de prix significatives sur le marché des véhicules électriques, rendant cette technologie accessible à un plus large public.

Il faut savoir par exemple que les versions de base des Tesla Model 3 et Model Y utilisent déjà des batteries LFP, tout comme la BYD Seal par exemple.

Des modèles abordables tels que la Citroën ë-C3 ou encore la future Renault Twingo électrique, prévoient également d’utiliser ces batteries, promouvant ainsi une mobilité durable à des prix plus bas. Non seulement ces batteries coûtent moins cher à produire, mais elles offrent également une longévité plus grande, prolongeant la vie des véhicules électriques équipés.

Perspectives futures et réductions des émissions

Le secteur des batteries pour véhicules électriques n’est qu’à l’aube de son potentiel. Les prévisions de l’étude citée suggèrent une réduction drastique des émissions de CO2eq associées à la production de ces batteries, pouvant aller jusqu’à une division par trois d’ici 2050. Ces améliorations seront possibles grâce à l’optimisation des procédés industriels et à une meilleure gestion du mix énergétique au niveau mondial.

A lire également :  Voitures électriques vs cyclistes : qui respecte le moins le code de la route ?

La délocalisation de la production de batteries vers l’Europe et les États-Unis pourrait également jouer un rôle clé. En effet, en produisant localement, les fabricants peuvent non seulement profiter d’un mix énergétique plus propre mais aussi réduire significativement la pollution liée au transport de ces composants majeurs.

Des batteries prometteuses malgré quelques défis

Les batteries LFP ne sont pas sans défauts. Leur densité énergétique plus faible par rapport aux NMC signifie des compromis sur le poids et l’autonomie des véhicules. Pourtant, les avantages semblent largement surpasser ces points faibles, notamment en matière d’impact environnemental et de coûts de production.

Les batteries sans cobalt ne constituent pas seulement une alternative plus écologique. Elles pourraient véritablement révolutionner l’industrie automobile grâce à son adoption généralisée en rendant les véhicules électriques plus abordables et encore moins polluants. Avec des initiatives comme l’Act Inflation Reduction aux États-Unis, qui supporte financièrement ce genre de technologies, l’avenir s’annonce prometteur pour les LFP et pour la mobilité électrique durable.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires