Actu voiture électrique

L’essence gagne la bataille contre les voitures électriques en Europe

Philippe Moureau

La révolution des véhicules électriques se poursuit, motivée par la promesse d’un avenir moins dépendant des combustibles fossiles. Toutefois, les statistiques révèlent un décalage intéressant entre l’engouement des constructeurs automobiles pour les véhicules électriques et les préférences réelles des consommateurs en Europe. Un regard plus profond sur ces résultats peut nous aider à comprendre où en est vraiment l’adoption des voitures électriques.

Le choix des consommateurs : entre tradition et innovation

Les derniers chiffres de ventes sur les 4 premiers mois de l’année ont donné des indices précieux sur les préférences des consommateurs en matière d’automobile. Bien que 12% des consommateurs ont montré leur préférence pour les véhicules électriques afin de soutenir la transition vers une économie bas carbone, une majorité reste fidèle aux véhicules à combustion, notamment fonctionnant à l’essence ou hybrides.

  • 48,5% des consommateurs se tournent vers le diesel et l’essence sans aucune hybridation
  • 36,2% se diriger vers les options hybrides dont seulement 7,2% pour de l’hybride rechargeable

Les défis de la charge des batteries

Un des freins significatifs à l’achat d’un véhicule électrique, saillant dans une récente enquête de KPMG notamment, concerne les temps de recharge. Les consommateurs aspirent à des batteries de voiture électrique qui se rechargent rapidement.

A lire également :  Voici le Cupra Tavascan VZ : le SUV qui va vous faire aimer l'électrique

En effet, 60% des participants aimeraient que le rechargement des batteries se fasse en moins de 20 minutes, critère actuellement rencontré principalement dans des modèles avancés comme le Hyundai Ioniq 6 ou la Porsche Taycan. Ces modèles, grâce à leur architecture 800 volts, permet une recharge de 10% à 80% en environ 16 à 18 minutes dans des conditions idéales. Cette performance dépend toutefois grandement de la qualité des infrastructures de recharge disponibles.

A titre de comparaison, une Tesla Model 3 ou un Model Y, référence sur le marché, nécessite environ 25 minutes dans des bonnes conditions pour une recharge de 10 à 80% .

Impact du coût sur les décisions d’achat

Le coût représente une autre barrière significative à l’adoption des véhicules électriques. Le marché manque encore cruellement de modèles bon marché, et les perspectives de voir des voitures électriques à moins de 20 000 euros ne sont pas pour demain. Ainsi, en dehors des options de leasing subventionnés par l’Etat, la voiture électrique se réserve à la classe moyenne supérieure d’une manière générale.

Cependant, des nuances apparaissent lorsque l’on considère la volatilité du marché et l’influence grandissante des importations, notamment en provenance de Chine. Le marché chinois offre un éventail de modèles électriques débutant à moins de 10 000 euros, comme la populaire BYD Seagull. Cette influence devrait bientôt se faire ressentir en Europe avec la conséquence d’une baisse des tarifs avec l’arrivée d’une concurrence plus sévère.

A lire également :  Le nouveau bus électrique de Londres : une révolution technologique sur deux étages

Les inhibitions liées au manque de choix

La diversité des choix semble jouer un rôle crucial dans l’adoption des véhicules électriques. Le scénario chinois, où le passage des véhicules à combustion aux électriques s’est fait plus rapidement, montre l’importance d’une gamme étendue accessible. Le marché européen, bien que riche en innovations technologiques, pourrait bénéficier d’une stratégie similaire en diversifiant son panel de véhicules électriques à tous les niveaux de prix pour attirer un spectre plus large de consommateurs.

Bien que l’intérêt pour les véhicules électriques soit indéniable partout dans le monde et chez nous en Europe et en France, le chemin vers une adoption massive semble entravé par des défis autour de la disponibilité de modèles variés avec des coûts compétitifs et toujours des infrastructures de recharge efficaces.

L’expérience chinoise pourrait offrir des leçons précieuses en matière de diversification et d’accessibilité des véhicules électriques. Les constructeurs et les décideurs devraient donc envisager une approche plus nuancée et inclusive pour stimuler l’adoption de ces technologies propres.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires