Actu voiture électrique

Dans ce pays, un conducteur sur 2 abandonne la voiture électrique pour revenir à l’essence

Philippe Moureau

Il y a quelques années, les constructeurs automobiles ont commencé à dévoiler des plans ambitieux pour la conversion de leurs gammes vers les véhicules à batteries électriques. Certains envisageaient même de mettre fin à la production de véhicules thermiques. Pourtant, une récente étude souligne un revirement potentiel. Les ventes de certains modèles de véhicules électriques ralentissent, l’intérêt des consommateurs semble fléchir et, fait surprenant, près de la moitié des propriétaires de véhicules électriques aux États-Unis envisagent un retour aux véhicules à essence. Que se passe-t-il réellement ?

Les défis de l’infrastructure de recharge

L’étude 2024 de McKinsey & Co., nommée « Mobility Consumer Pulse », révèle que un australien sur 2 et même 46 % des propriétaires américains de véhicules électriques souhaitent repasser à l’essence principalement à cause d’une infrastructure de recharge inadéquate. Un pourcentage élevé comparé à la moyenne mondiale de 29 % et un vrai contraste par rapport à chez nous, en France, ou ce mécontentement concerne moins d’une personne sur 5.

Actuellement, le réseau de recharge public aux États-Unis comptabilise environ 183 000 bornes. Cela peut paraitre beaucoup, mais à titre de comparaison, nous approchons les 130 000 points de recharge en France, pour une surface 17 fois plus petite.

A lire également :  La France accueille à bras ouverts les voitures électriques chinoises : un partenariat stratégique

Malgré cela, le rythme de déploiement des chargeurs rapides semble interminable, entravé par un enchevêtrement de régulations locales, étatiques et fédérales, ainsi que par la diversité des besoins des consommateurs.

Les raisons derrière le désenchantement des propriétaires

Cette étude révèle également les raisons spécifiques pour lesquelles les propriétaires pourraient abandonner leur voiture électrique :

  • Manque de possibilité de recharge à domicile : 24 % des répondants mentionnent cela comme un obstacle majeur.
  • Stress lié à la recharge : 21 % se disent préoccupés par l’accessibilité aux points de recharge.
  • Exigences en mobilité de recharge : 16 % trouvent que les infrastructures actuelles ne répondent pas à leurs besoins de mobilité.

Seul 13 % des interrogés indiquent ne pas apprécier l’expérience de conduite d’une voiture électrique. En revanche, certains semblent tout simplement plus attachés à la conduite d’une voiture à combustion, comme en témoigne 18 % des répondants américains et 28 % des Allemands.

Disparités dans l’acceptation des véhicules électriques à travers le monde

Le manque d’uniformité dans la croissance et le désir de retour au thermique varie grandement à l’échelle mondiale. Certains marchés adoptent rapidement le virage électrique tandis que d’autres, freinés par divers facteurs, peinent à suivre le rythme. Ce fossé place les constructeurs automobiles dans une position inconfortable, les obligeant à jongler avec des besoins extrêmement variés d’un coin à l’autre de la planète.

A lire également :  Vous risquez plus d'être frappé par la foudre que d'avoir une batterie de voiture électrique en panne

Étonnamment, ce ne sont pas les Américains qui sont les plus enclins à revenir au carburant traditionnel. En Australie, un pays célèbre pour ses vastes étendues, 49 % des propriétaires de véhicules électriques envisagent de retourner à la pompe. À l’opposé, nous trouvons le Japon où seulement 13 % des propriétaires envisagent un retour à un véhicule à moteur thermique. D’autres pays comme l’Italie (15 %), la France (18 %), l’Allemagne (24 %) et la Chine (28 %) se situent en dessous de la moyenne mondiale.

En résumé, le parcours vers l’électrification totale est semé d’embûches, principalement dû à une infrastructure de recharge encore insuffisante, des couts élevés de possession et des habitudes de conduite difficiles à modifier. Pendant que le réseau de recharge continue de s’élargir aux États-Unis, l’anticipation des attentes et besoins des conducteurs sera cruciale pour assurer une transition harmonieuse vers une mobilité véritablement électrique. L’avenir de l’électrique reste prometteur mais requiert des efforts structurés et ciblés pour surmonter les défis qui subsistent.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires